Notre-Dame de Paris: la fusion du plomb dans l’incendie suscite des inquiétudes

PARIS — Des groupes écologistes et l’un des plus importants syndicats français ont appelé lundi à des mesures plus strictes pour assurer que le nettoyage de la cathédrale Notre-Dame n’expose pas les travailleurs et les voisins à des niveaux de plomb non sécuritaires.

L’administration régionale parisienne a suspendu le mois dernier le nettoyage de la célèbre cathédrale de Paris, sous la pression des inspecteurs du travail préoccupés par les risques pour la santé publique que représentent les tonnes de plomb qui ont brûlé lors de l’incendie d’avril.

L’administration prévoyait de reprendre les travaux cette semaine avec des procédures et des équipements de décontamination plus stricts, mais les écologistes et le syndicat CGT ont estimé lundi que ces mesures n’allaient pas assez loin. Ils ont aussi demandé un relevé régulièrement mis à jour du niveau de plomb dans l’air. Le syndicat et les groupes environnementaux militent également pour la création d’un centre médical chargé de surveiller l’état de santé des pompiers, des travailleurs et des résidents.

Des centaines de tonnes de plomb qui se trouvaient dans la flèche et le toit de Notre-Dame ont fondu pendant l’incendie qui a failli détruire la cathédrale. Selon l’Agence régionale de santé d’Île-de-France, les concentrations de plomb restent élevées à certains endroits de Notre-Dame et dans les alentours immédiats. Ces zones sont fermées au public depuis le 15 avril.

Lors d’une conférence de presse, lundi, des militants écologistes et des responsables syndicaux ont demandé que le site soit enveloppé pour créer une dépression atmosphérique au-dessus de Notre-Dame, afin d’empêcher que plus de plomb ne soit libéré dans l’air du quartier.

Le recteur de Notre-Dame, Patrick Chauvet, a reconnu que le plomb pouvait s’échapper du grand trou dans le toit de la cathédrale, mais il a exclu le déploiement d’une enveloppe de confinement avant la reprise des travaux de nettoyage.

Anne Souyris, mairesse adjointe de Paris chargée des questions de santé, a déclaré que les informations actualisées sur les niveaux de plomb seraient publiées mardi.

Les autorités parisiennes ont ordonné de nouvelles vérifications dans les écoles et les crèches du quartier Notre-Dame et ont recommandé des analyses de sang pour les enfants de moins de sept ans et les femmes enceintes vivant à proximité. Les enfants sont particulièrement vulnérables aux problèmes de santé liés à l’exposition au plomb.

Les plus populaires