Nouveau-Brunswick: Blaine Higgs, réélu le 14 septembre, forme son nouveau cabinet

FREDERICTON — Le premier ministre progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, réélu le 14 septembre, a dévoilé mardi la composition de son nouveau cabinet.

Lors d’une cérémonie à Fredericton, les 16 ministres ont été assermentés par la lieutenante-gouverneure, Brenda Murphy. M. Higgs a conservé auprès de lui plusieurs vétérans dans des portefeuilles clés, notamment Ernie Steeves aux Finances et au Conseil du Trésor, et Dominic Cardy à l’Éducation et au Développement de la petite enfance.

Daniel Allain, seul francophone élu chez les conservateurs, dans Moncton-Est, a été nommé ministre des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance locale. Glen Savoie, député bilingue réélu dans Saint-Jean-Est, demeure ministre responsable de la Francophonie. Il avait hérité de ce portefeuille à la suite du départ de Robert Gauvin, qui a claqué la porte du caucus conservateur en février pour siéger comme indépendant. M. Gauvin a été réélu le 14 septembre, mais sous la bannière libérale.

Les recrues au cabinet comprennent aussi Margaret Johnson, nommée ministre de l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches, et Arlene Dunn, qui devient ministre responsable du Développement économique et des Petites Entreprises, ministre responsable d’Opportunités NB, ministre responsable de l’Immigration, et ministre des Affaires autochtones.

Les conservateurs de Blaine Higgs sont passés d’un gouvernement minoritaire à un gouvernement majoritaire lors des élections provinciales du 14 septembre. Le parti a remporté 27 des 49 sièges à l’Assemblée législative; les libéraux occupent 17 sièges, les verts trois et l’Alliance des gens deux.

La SANB «modérément optimiste»

La Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB) s’est dite «modérément optimiste», mardi. L’organisme «demeure tout de même sur ses gardes quant aux orientations que prendra ce nouveau cabinet afin d’atténuer les sentiments d’aliénation qui sévissent au sein de la communauté acadienne et francophone, notamment dans le nord de la province».

Aucun député conservateur n’a été élu dans le nord francophone. «La faible représentation des régions rurales et du Nord au sein du cabinet mérite d’être soulignée, voire dénoncée», a indiqué dans un communiqué Alexandre Cédric Doucet, président de la SANB.

L’organisme «a hâte de poursuivre son travail» avec le ministre responsable de la Francophonie, Glen Savoie, avec qui la SANB «a toujours maintenu de bonnes relations». L’organisme souhaite aussi convaincre le premier ministre Higgs de créer un comité permanent des langues officielles à l’Assemblée législative «d’ici la fin du premier mois du mandat».

Pour ce qui est de Daniel Allain, «la SANB voit d’un très bon oeil la création d’un ministère dédié à la question de la réforme municipale», qu’elle revendiquait déjà. Par ailleurs, la SANB salue l’assermentation d’une ministre responsable, entre autres, du Développement économique et de l’Immigration, «un premier pas vers l’acquisition d’une plus grande autonomie provinciale en matière d’immigration, dont la pleine dualité en matière d’immigration francophone», une autre de ses revendications.

Laisser un commentaire