Nouveau délai du rapport sur la contamination de l’air dans le quartier de Limoilou

MONTRÉAL — Le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, a autorisé un «deuxième et dernier» délai du rapport du Groupe de travail sur les contaminants atmosphériques chargé de brosser un portrait de la situation de la contamination de l’air dans le quartier de Limoilou, à Québec.

«À la demande du président, j’autorise un deuxième et dernier report de la date de dépôt du rapport final du Groupe de travail sur les contaminants atmosphériques», a écrit M. Charette sur Twitter. Il indique que le rapport devra être déposé le 27 janvier et qu’il s’agit du dernier délai autorisé.

Ce groupe de travail a été mis sur pieds dans le contexte de la saga du nickel. Le gouvernement Legault avait été de l’avant, le printemps dernier, avec le rehaussement des seuils d’émissions de particules de nickel dans l’air. Son but est de faciliter l’expansion de l’industrie des batteries électriques, qui requiert du nickel.

Cela a provoqué une controverse notamment dans le quartier Limoilou, qui est le secteur le plus touché de la province par le nickel dans l’air.

La norme de particules de nickel dans l’air est passée de 14 à 70 nanogrammes par mètre cube par jour, soit cinq fois plus que la norme précédente. De plus, la norme annuelle moyenne est désormais de 20 nanogrammes.

La demande d’augmentation de la norme vient des compagnies minières, dont Glencore, qui possède des installations dans le port de Québec.

Le Groupe de travail sur les contaminants atmosphériques a pour mandat d’identifier les contaminants qui posent le plus de risques pour la santé et pour l’environnement. Les experts doivent aussi recommander des mesures pour améliorer la qualité de l’air dans le quartier Limoilou.

Le rapport devait initialement être présenté le 1er décembre 2022, mais un délai jusqu’au 16 janvier 2023 avait été accordé par M. Charette afin de permettre au groupe de travail «de livrer un rapport mieux documenté».

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.