Nouvelle convention pour 16 000 agents de sécurité syndiqués auprès des Métallos

MONTRÉAL — Quelque 16 000 agents de sécurité syndiqués auprès des Métallos viennent de se doter d’une nouvelle convention collective, dont les conditions seront d’ailleurs étendues à l’ensemble de l’industrie de la sécurité au Québec.

Le contrat, d’une durée de cinq ans, prévoit des augmentations salariales de 0,35 $ l’heure la première année, 0,40 $ l’heure la deuxième année, 0,40 $ l’heure la troisième année, 0,51 $ l’heure la quatrième année et 0,50 $ l’heure la cinquième année.

Mais il prévoit surtout plusieurs primes qui sont instaurées ou bonifiées et qui accroissent passablement la rémunération touchée, ce qui porte les augmentations à l’équivalent de 19,2 % à 27,8 %, selon le cas, pour la durée du contrat de travail.

Certaines primes sont universelles; d’autres nécessitent une formation pour y avoir droit.

Par exemple, une nouvelle prime de nuit obligatoire et universelle de 1 $ l’heure est instaurée.

Une nouvelle prime de 2 $ l’heure est instaurée pour ceux qui travaillent dans le domaine parajudiciaire.

De même, une prime est bonifiée à 2 $ l’heure pour ceux qui travaillent dans le secteur de la santé.

L’entente prévoit aussi une prime pour les urgences sanitaires, d’autant plus que ces agents de sécurité ont été très sollicités durant la pandémie de la COVID-19. Ainsi, la convention instaure une nouvelle prime obligatoire et universelle de 0,50 $ l’heure en 2023, qui sera doublée tous les ans par la suite jusqu’à 2 $ l’heure, pour les états d’urgence sanitaire. 

Le syndicat des Métallos est affilié à la FTQ.

Comme ce secteur de la sécurité est couvert par la Loi sur les décrets de convention collective, la pratique veut que ce qui a été négocié par le syndicat et un regroupement d’employeurs — en l’occurrence l’Association provinciale des agences de sécurité — sera ensuite enchâssé dans un décret de convention collective, puis étendu à l’ensemble de l’industrie.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.