Nouvelle-Écosse: les familles des victimes de la tuerie amendent leur poursuite

HALIFAX — Les familles des victimes de la fusillade qui a eu lieu en 2020 en Nouvelle-Écosse ont ajouté la femme, le frère et le beau-frère du tireur comme défendeurs dans l’action collective contre la succession du meurtrier qu’elles ont intentée l’an dernier.

Des documents déposés à la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse, vendredi dernier, ajoutent les noms de Lisa Banfield, James Blair Banfield et Brian Brewster à la poursuite. L’action réclame des dommages et intérêts relativement aux meurtres, à la destruction de biens et aux blessures.

L’avocat des familles a affirmé dans un communiqué que les amendements à la poursuite ont été apportés après le 4 décembre, alors que des accusations criminelles ont été déposées contre les trois pour avoir procuré illégalement des munitions au tireur.

Selon la police, ces infractions auraient eu lieu dans le mois précédent la tuerie des 18 et 19 avril, mais les accusés n’auraient pas eu connaissance de l’intention du tireur, Gabriel Wortman.

Cependant, l’avocate Sandra McCulloch, qui représente aussi les familles, a justifié dans un communiqué «qu’il y a un lien potentiel entre ces parties et les familles et individus [que la firme] représente».

La requête contient des allégations qui n’ont pas encore subi l’épreuve des tribunaux.

Le document du tribunal allègue que Lisa Banfield était «consciente des préparations de Wortman et qu’elle lui avait facilité la tâche». Son frère et M. Brewster auraient acheté certaines des munitions que Gabriel Wortman a utilisées et ils devaient connaître ses intentions, selon la poursuite.

L’action collective des familles des victimes contre la succession du denturologiste de 51 ans a été déposée en mai 2020. Elle a été amendée quatre fois depuis.

La plus récente évaluation de la succession du meurtrier se situe autour de 2,1 millions $, dont 705 000 $ en argent comptant que la police a saisis à sa propriété de Portapique.

Laisser un commentaire