Nouvelle-Écosse: un pompier retraité affirme avoir été victime de discrimination

HALIFAX — Un pompier à la retraite de race noire a décidé de poursuivre le département régional de lutte contre les incendies à Halifax, en Nouvelle-Écosse.

George Cromwell prétend qu’il a vu une promotion lui échapper, qu’il a été ridiculisé et que sa vie a été mise en danger au sein de cette organisation en raison de la couleur de sa peau.

Dans des documents ayant récemment été déposés au tribunal, l’homme fait allusion à plusieurs présumés épisodes de discrimination qui seraient survenus à la fin des années 1990.

À l’époque, il aurait retiré un corps d’une voiture accidentée et son capitaine lui aurait ensuite recommandé de poser sa candidature pour devenir membre d’une unité de secourisme nouvellement créée.

Or, M. Cromwell affirme que dès le lendemain, un chef de section lui aurait appris que son dossier avait été écarté.

Le retraité soutient que même s’il était le pompier le plus décoré du département et même s’il était qualifié pour utiliser les pinces de désincarcération, il aurait alors été traité «avec irrespect en raison de sa race».

Par ailleurs, George Cromwell rapporte qu’à une autre occasion, il était rentré de ses vacances en arborant une large moustache.

Par la suite, son capitaine lui aurait dit qu’il pouvait la conserver, car elle ne l’empêchait pas d’enfiler son masque protecteur de manière adéquate.

Malgré l’obtention de cette permission, M. Cromwell aurait constamment fait l’objet de commentaires désobligeants et de railleries de la part d’autres membres de la hiérarchie.

Enfin, le pompier retraité avance que sa vie a déjà été menacée, car un supérieur l’aurait envoyé dans un bâtiment enflammé sans qu’il jouisse du soutien nécessaire pour mener une telle intervention.

George Cromwell souligne qu’il a déposé de nombreuses plaintes au fil du temps pour dénoncer ce qu’il continue de percevoir comme étant de graves injustices à son endroit.

Il ajoute qu’il n’a jamais reçu de rétroaction lui permettant de penser que ses préoccupations avaient fait l’objet d’une enquête.

Avec sa poursuite, M. Cromwell cherche à obtenir un dédommagement de 200 000 $.

D’après lui, cette somme lui revient, car sa carrière aurait pu se poursuivre s’il n’avait pas été brimé.  

Les allégations de George Cromwell n’ont pas été prouvées devant un tribunal.