Nouvelle-Écosse: une nation autochtone suspendra sa pêche pour protéger les baleines

HALIFAX — Une nation autochtone de la Nouvelle-Écosse a annoncé qu’elle suspendra temporairement sa pêche de subsistance au homard après la détection de baleines noires de l’Atlantique Nord au large de la côte sud-ouest de la province.

Dans un communiqué publié mercredi, le chef de la première nation Sipekne’katik, Mike Sack, a déclaré que le conseil de bande avait agi «avec la conservation comme principale préoccupation».

M. Sack indique que la suspension de la pêche de subsistance pendant deux semaines concerne la zone d’habitat essentiel du bassin Roseway, telle qu’identifiée par le ministère fédéral des Pêches.

Le conseil de bande demande au ministère et à l’industrie de la pêche commerciale de prolonger si nécessaire l’arrêt de toute activité dans la région pour assurer l’alimentation sécuritaire et la migration vers le sud des baleines noires.

Le gouvernement fédéral a déclaré cette semaine qu’à partir de jeudi soir, les pêcheurs présents dans certaines sections du bassin Roseway devraient se retirer jusqu’à nouvel ordre pour protéger les baleines, qui peuvent s’emmêler dans les engins de pêche.

La fermeture temporaire touche l’une des zones de pêche au homard les plus lucratives de la province, connue sous le nom de ZPH 34, et intervient quelques jours avant le début de la saison de pêche au homard sous réglementation fédérale dans la région.

Les autres espèces pêchées dans la zone concernée comprennent le crabe, le hareng et le maquereau.

Dans un communiqué publié mardi soir, le ministère fédéral des Pêches a précisé que la pêche pourrait reprendre si aucune baleine noire n’est détectée pendant la fermeture de 15 jours du bassin de Grand Manan et du bassin de Roseway.

Il a ajouté qu’une surveillance aérienne serait menée «dans les prochains jours» et que si aucune baleine noire n’est repérée dans la zone, la pêche au homard pourrait reprendre avant le 30 novembre. Si des baleines sont aperçues, les fermetures temporaires resteront en vigueur. 

«Nous comprenons que la fermeture de grandes zones à la pêche pose des défis pour certains pêcheurs, en particulier étant donné le début tardif de la saison de pêche en raison de la COVID-19», indique le communiqué. «Nous tenons à souligner le travail acharné et la coopération des pêcheurs et de leurs organisations, qui partagent les mêmes objectifs de protection de la baleine noire de l’Atlantique Nord et de maintien de la réputation du Canada pour les produits de la mer issus de sources durables.»

Laisser un commentaire