Nouvelles manifestations prévues mardi à Moscou pour la comparution d’Alexeï Navalny

Moscou se prépare à de nouvelles manifestations de Russes qui veulent obtenir la libération du chef de l’opposition emprisonné Alexeï Navalny, qui doit comparaître mardi. 

Son arrestation a déclenché de vastes manifestations dans tout le pays, au cours des deux dernières fins de semaine, qui ont donné lieu à des milliers d’arrestations, dans la plus grande vague de mécontentement en Russie depuis des années.

Des dizaines de milliers de personnes ont envahi les rues dans plusieurs villes du pays, dimanche, scandant des slogans contre le président Vladimir Poutine et exigeant la libération d’Alexeï Navalny, emprisonné le mois dernier, qui risque des années de prison. Plus de 5400 manifestants ont été arrêtés par les autorités, selon un groupe de défense des droits de la personne. 

L’une de ces personnes arrêtées pendant plusieurs heures: l’épouse de M. Navalny, Yulia, qui a été condamnée lundi à payer une amende d’environ 265 $ US pour avoir participé à un rassemblement non autorisé.

Alors que les médias d’État ont qualifié les manifestations de modestes et ont affirmé qu’elles montraient l’échec de l’opposition, l’équipe de M. Navalny a déclaré que la participation démontrait «un soutien national écrasant» au critique le plus acharné du Kremlin. Ses alliés ont appelé les manifestants à se rendre mardi au palais de justice de Moscou, où il doit comparaître.

Des manifestations de masse ont englouti des dizaines de villes russes pour le deuxième week-end consécutif malgré les efforts des autorités pour étouffer les troubles déclenchés par l’emprisonnement de l’opposant. 

Le Kremlin semble secoué cette fois

M. Navalny, âgé de 44 ans, avait été arrêté le 17 janvier à son retour d’Allemagne, où il a passé cinq mois à se remettre d’un empoisonnement aux agents neurotoxiques — un geste qu’il attribue au Kremlin. Les autorités russes rejettent l’accusation. 

Il risque une peine de prison pour des violations présumées de ses conditions de probation à la suite d’une condamnation pour blanchiment d’argent en 2014, qui est largement considérée comme politiquement motivée.

Le mois dernier, l’administration pénitentiaire russe a déposé une requête visant à remplacer sa condamnation avec sursis de trois ans et demi par une condamnation à purger. Le bureau du procureur général a soutenu la motion lundi, alléguant que M. Navalny s’était livré à un «comportement illégal» pendant sa période de probation.

Les rassemblements qui ont suivi l’arrestation d’Alexeï Navalny semblent avoir secoué le Kremlin. Pour tenter de réprimer les manifestations, les autorités ont emprisonné les adjoints et des militants de M. Navalny à travers le pays, notamment pour violation des restrictions relatives à la pandémie. 

Au moins 51 manifestants ont été battus par la police pendant leur détention, a déclaré OVD-Info,  un groupe d’aide juridique qui surveille les arrestations lors des manifestations. Des vidéos des manifestations ont montré des policiers anti-émeute frappant des gens avec des matraques et les jetant au sol. Les médias ont rapporté que certains policiers avaient utilisé des pistolets paralysants sur les manifestants.

– Par Daria Litvinova, The Associated Press

Laisser un commentaire