Nouvelles règles sanitaires à l’intérieur du parlement à Ottawa

OTTAWA — Le masque sera dorénavant obligatoire dans les murs du parlement fédéral.

Élus et sénateurs se préparent à reprendre leurs travaux mercredi prochain, à Ottawa.

À partir de lundi, un masque ou un couvre-visage sera exigé de tous dans les aires communes des immeubles parlementaires.

Le bureau du président de la Chambre des communes, Anthony Rota, a annoncé les nouvelles règles, vendredi après-midi, par communiqué.

«Les masques/les couvre-visage peuvent être enlevés une fois que tous les participants sont en place et peuvent maintenir une distance physique» dans les salles de réunion, précise le communiqué.

L’obligation ne s’étend pas aux députés et ministres dans l’enceinte de la Chambre lorsqu’il y a une séance, ni dans les réunions de comité parlementaire.

Pas de masque obligatoire non plus pour les élus qui participent à une conférence de presse ou à une mêlée de presse.

On pourra également se découvrir le bas du visage lorsqu’on sera à l’intérieur d’un bureau ou à son poste de travail. Mais on recommande tout de même le masque dans ces endroits «s’il est impossible de maintenir une distance physique».

«Ces décisions ont été prises pour répondre aux recommandations des autorités de santé publique visant à limiter la propagation du virus de la COVID-19 dans les lieux de travail», ajoute-t-on dans ce communiqué.

Vendredi matin, Dre Vera Etches, médecin chef en santé publique de la Ville d’Ottawa, a déclaré que la capitale canadienne est bel et bien entrée dans la deuxième vague de la pandémie.

Alors que les parlementaires s’apprêtent à revenir dans cette ville pour siéger dès mercredi, l’Agence de la santé publique fédérale n’a pas voulu donner son avis scientifique sur le risque que des dizaines d’élus peuvent faire encourir à leurs communautés en faisant des aller-retour vers une ville où il y autant de cas de COVID-19.

L’administrateur en chef adjoint de l’agence, Dr Howard Njoo, a préféré s’en remettre au jugement des élus.

«Je pense que les députés maintenant sont sensibilisés», a-t-il dit, en réponse à une question lors d’un point de presse. Selon lui, lorsqu’ils retournent dans leurs circonscriptions, les députés limitent les interactions et ne serrent pas les mains «de tout le monde».

Les leaders parlementaires sont toujours en négociation pour décider de la forme que prendra leur retour. Libéraux, bloquistes et néo-démocrates réclament des réunions hybrides avec une majorité d’élus en visioconférence et des votes à distance. Les conservateurs ont, jusqu’à maintenant, résisté à cette formule.

Le chef conservateur Erin O’Toole attendait un résultat de test de COVID-19 vendredi. Le chef bloquiste Yves-François Blanchet avait reçu le sien. Il est positif. Ceci le force à s’isoler chez lui au moins jusqu’au 26 septembre.

Laisser un commentaire
Les plus populaires