Obama donne le mérite de sa mère pour certains de ses choix de carrière

L’ancien président Barack Obama révèle dans un prochain balado du chanteur vedette Bruce Springsteen qu’il a choisi une carrière dans la fonction publique en partie grâce à sa mère.

Cette déclaration de l’ancien président survient au milieu du Mois de l’histoire des femmes.

«Ma mère était un peu une libre-penseuse», mentionne M. Obama dans l’épisode de lundi de la série «Renegades: Born in the USA» diffusée par Spotify. L’Associated Press a pu obtenir en avance un extrait du balado.

La mère de Barack Obama, Ann Dunham, était une anthropologue qui a contribué à l’amélioration de la qualité de vie des pauvres en Indonésie. Selon M. Obama, elle était «plutôt romantique», mais n’était «pas si pratique».

«Il y a un peu de ça en moi», reconnaît-il.

Le 44e président des États-Unis raconte aussi qu’il a été attiré par la fonction publique quand il a réalisé que le rêve américain n’était pas accessible pour de nombreux citoyens noirs. «Quand je pensais à quoi je devais aspirer, la réponse n’était pas Jay Rockefeller. C’était plutôt John Lewis.»

John Lewis a été l’une des figures de proue du mouvement des droits civiques. Il a siégé à la Chambre des représentants pendant 17 mandats, devenant la «conscience du Congrès» jusqu’à sa mort, l’année dernière.

Martin Luther King et lui ont essayé de «rendre le monde meilleur», souligne M. Obama. «Ce chemin m’a semblé être quelque chose de nécessaire pour moi. Mon salut était là.»

M. Obama répondait à Bruce Springsteen qui voulait savoir pourquoi un diplômé  de l’Université Columbia et de la faculté de droit de Harvard a choisi de tourner le dos aux chemins plus lucratifs qui s’offraient à lui. 

L’épisode est le cinquième de la série de huit épisodes et intitulé «Chaque homme pour lui-même: l’argent et le rêve américain». La conversation a été enregistrée dans le studio personnel de Bruce Springsteen dans le New Jersey. Les deux hommes discutent de leurs origines modestes, des problèmes de classe. Le chanteur interprète une vieille composition: Atlantic City de l’album Nebraska paru en 1982.

La relation entre l’ancien président et la vedette de rock s’est amorcée lorsque ce dernier a participé à des activités de campagne de Barack Obama. Les conversations entre les deux hommes se sont approfondies depuis que M. Obama a quitté la Maison-Blanche, confie l’ancien président.

Dans le premier épisode de la série, les deux hommes se souviennent de s’être sentis comme des étrangers pendant leur enfance. Les épisodes ultérieurs explorent le racisme, la paternité et le mariage.

– Par Mark Kennedy, The Associated Press

Laisser un commentaire