Réduction des GES: Québec confiant, mais pas prêt à annoncer d’autres mesures

MONTRÉAL — La ministre de l’Environnement, Isabelle Melançon, réitère sa confiance dans son objectif de réduction des gaz à effet de serre, admet que pour y parvenir, il faudra des mesures plus musclées, mais elle n’est pas prête à les annoncer tout de suite.

Plusieurs ont suggéré un ensemble de mesures fiscales qui visent à privilégier les modes de transport plus écoresponsables comme taxer, par exemple, les plus grosses cylindrées. Mais la ministre n’est pas prête à annoncer quoique ce soit en cette matière maintenant.

«Avant de demander, de le faire comme ça, il y a du travail qui doit être fait du côté gouvernemental», a-t-elle répondu, vendredi, à l’occasion d’une conférence de presse à Montréal pour faire le bilan de mi-parcours du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques.

Une somme de 3,7 milliards $ a tout de même été consacrée à ce Plan d’action 2013-2020.

L’objectif

Elle croit toujours pouvoir atteindre l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 20 pour cent d’ici 2020 par rapport à 1990, bien que ces émissions n’avaient diminué que de 8,8 pour cent en 2015.

Elle objecte que cette réduction de 8,8 pour cent doit être placée dans le contexte: la population a crû de 18 pour cent pendant cette période et le Produit intérieur brut a aussi crû de 60 pour cent.

La ministre admet toutefois qu’il faudra resserrer certaines mesures pour qu’elles donnent davantage de résultats et en adopter d’autres si l’on veut mieux faire.

Des avis lui ont été présentés par un comité-conseil sur les changements climatiques, touchant notamment les véhicules, le transport, le soutien aux municipalités, mais la ministre Melançon n’est pas prête non plus à annoncer ces mesures encore. Il faudra notamment attendre la publication de la Politique sur la mobilité durable.

Transports

La ministre Melançon a rappelé que le gouvernement avait tout de même annoncé plusieurs mesures pour faire croître les ventes de véhicules électriques ou hybrides rechargeables. L’installation de bornes de recharge s’accélère, notamment pour les recharges rapides.

Le secteur des transports est responsable de 41,7 pour cent des émissions de GES au Québec, d’où la volonté de Québec d’agir dans ce domaine. «L’un des grands défis de ce secteur est de renverser la tendance actuelle axée sur l’utilisation des véhicules solo énergivores et d’accroître de façon importante l’utilisation du transport collectif et des autres modes de transport alternatifs», a admis la ministre Melançon.

Comité-conseil

Steven Guilbeault, d’Équiterre, qui copréside le comité-conseil sur les changements climatiques, a lui aussi exprimé son optimisme. «Ce qui est très clair pour l’ensemble des membres (du comité), c’est que nous allons atteindre la cible. La question n’est pas tant ‘est-ce que le Québec va atteindre sa cible’, parce qu’à travers la Bourse du carbone, à travers les autres mécanismes qu’on a mis en place, nous y arriverons.»

Il ne faut donc pas se baser uniquement sur les émissions de gaz à effet de serre au Québec, prévient M. Guilbeault, parce qu’il y a plus. «Ce que l’inventaire sur les émissions de gaz à effet de serre ne reflète pas c’est, par exemple, ce que les compagnies ont fait en termes d’achats de crédits à l’étranger. Ce n’est pas dans l’inventaire», a justifié M. Guilbeault.

Greenpeace

Mais Patrick Bonin, de Greenpeace, en faisait une tout autre lecture. Bien que le Québec joue un rôle de leader en matière de réduction des GES, il «rate malgré tout sa cible et nous constatons l’échec», a-t-il conclu.

«Quatre ans plus tard, depuis la création du Plan, les émissions plafonnent et nous ne sommes pas en voie d’atteindre nos propres cibles pour 2020-2030. Il faut que le Québec innove et crée les solutions pour le transport public», a ajouté M. Bonin, qui revendique plusieurs mesures et plus musclées.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

1 commentaire
Les commentaires sont fermés.

est-ce l’on comptabilise les GES produits lors de la production des véhicules électriques? Et sur quoi se basent Mme Mélançon et M Guilbeault pour affirmer que le Québec va atteindre son cible, ce qui impliquera une accélération considérable?