On souligne lundi le premier anniversaire de la tragédie de London, en Ontario

LONDON, Ont. — Des membres de la communauté musulmane de London, en Ontario, se sont réunis pour prier, lundi matin, au premier anniversaire de l’attentat au camion-bélier qui avait fait quatre morts — un geste que les autorités ont qualifié d’«attaque motivée par la haine».

La cérémonie, tenue au cimetière islamique de London, fait partie de plusieurs événements organisés ces jours-ci pour honorer la mémoire de la famille Afzaal, décimée le 6 juin 2021. Les parents et amis des victimes se sont réunis lundi pour lire des versets du Coran et déposer des fleurs sur les tombes. 

Salman Afzaal, 46 ans, sa femme Madiha Salman, 44 ans, leur fille de 15 ans, Yumnah, et la grand-mère de 74 ans, Talat Afzaal, sont morts après avoir été, selon la police, délibérément happés par une camionnette alors qu’ils faisaient une petite promenade en famille, à pied, au soir du 6 juin 2021. Le fils de neuf ans des Afzaal a été blessé, mais il a survécu.

La mort de la famille Afzaal a provoqué une onde de choc dans tout le pays et a depuis suscité des appels répétés à la lutte contre l’islamophobie. 

Tariq Bhatti témoigne que la vie de musulman à London a changé depuis l’attentat. «Quand vous marchez dans la rue maintenant, ce n’est plus pareil, a-t-il déclaré. Je viens d’entendre un camion de transport et j’ai soudainement senti quelque chose dans ma colonne vertébrale.»

M. Bhatti, qui faisait partie de ceux qui ont assisté à un service de prière lundi matin pour la famille Afzaal, a raconté qu’il avait l’habitude de jouer au cricket avec Salman Afzaal. «C’était un gentleman, un grand Pakistanais. C’était un grand musulman et un homme de principes. Très, très amical», a-t-il dit. 

Munir El-Kassem, imam du Centre islamique du sud-ouest de l’Ontario, qui a dirigé une prière pendant le service du matin, a constaté que l’attaque de l’été dernier avait durement frappé la communauté. 

«Néanmoins, nous nous sommes à nouveau relevés et nous utilisons cette expérience pour envoyer des messages au monde entier selon lesquels l’islamophobie (…) est quelque chose que nous devrions éliminer une fois pour toutes. Car combien de fois allons-nous dire adieu aux gens de l’autre côté de la vie avant de nous réveiller et de dire que ça suffit ?» a-t-il questionné. 

Un proche de Salman Afzaal, Shams Syed, a expliqué que le service de prière était un moyen pour la communauté de rendre hommage à ceux qui étaient morts tout en prenant position contre l’islamophobie.

«C’est un couteau droit dans votre cœur», a-t-il dit en se remémorant la mort de la famille Afzaal.

M. Syed, comme d’autres, affirme que la tragédie de l’année dernière a fait des ravages. 

«Les jeunes ont été majoritairement très durement touchés parce qu’ils ne se sentaient pas en sécurité, a déclaré Syed, qui est également administrateur de la Pakistani Canadian Association. Ma fille porte le hijab, nous étions toujours inquiets quand elle sortait. Tout peut arriver.»

La ville de London a dédié lundi un jardin à la famille Afzaal. Une veillée funèbre était aussi prévue plus tard en journée, dirigée par des amis de Yumnah.

Dimanche, des dirigeants de la communauté musulmane et des amis des victimes ont appelé à la fin du racisme et de l’islamophobie, lors d’un hommage émouvant rendu à l’école de Yumnah et organisé par ses amis. 

Lutter contre l’islamophobie 

Le gouvernement fédéral a annoncé lundi qu’il acceptait les candidatures au poste de représentant spécial pour la lutte contre l’islamophobie.

Il y a cinq mois, le ministre de la Diversité et de l’Inclusion, Ahmed Hussen, a signalé l’intention du gouvernement de nommer un représentant spécial. Lors d’une conférence de presse à Ottawa, lundi, avec des membres de la communauté musulmane, M. Hussen a dit que le représentant sera un champion, un expert, un défenseur et un conseiller du gouvernement sur l’islamophobie.

Interrogé sur la raison pour laquelle le représentant n’a pas encore été choisi, le ministre Hussen a répondu que le gouvernement voulait bien faire les choses, ce qui signifiait des consultations avec la communauté.

Avec cet appel à candidatures qui est diffusé dans tout le pays, M. Hussen espère que les gens postulent «pour remplir ce rôle» et ainsi agir le plus rapidement possible.

Le représentant spécial, un aspect de la stratégie globale de la lutte contre le racisme du gouvernement libéral, travaillera avec une équipe soutenue par des fonds alloués dans le dernier budget fédéral.

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a indiqué dans un communiqué que son gouvernement se tiendra aux côtés de la communauté musulmane et combattra l’islamophobie.

«Nous continuons à pleurer cette perte tragique et insensée, je me joins à tous les Ontariens pour honorer la mémoire de la famille Afzaal, a déclaré M. Ford. Le racisme, la haine et la discrimination n’ont pas leur place dans notre province.»

Proches, membres de la communauté et dignitaires ont marché dans les rues de London pour dénoncer le racisme et l’islamophobie. Le premier ministre Justin Trudeau et le ministre fédéral des Transports, Omar Alghabra, ont participé à la manifestation. 

Lors de cette manifestation, un cousin de la famille Afzaal a pointé du doigt le gouvernement progressiste-conservateur récemment réélu de M. Ford pour ne pas s’être engagé à adopter une loi pour lutter contre l’islamophobie et d’autres formes de haine.

«Malgré toutes les promesses que nous avons entendues l’année dernière, un an plus tard, on sent qu’il y a toujours une réticence de la part de nos dirigeants élus à prendre des mesures concrètes contre […] l’islamophobie», a soutenu Esa Islam.

Un homme de 21 ans est accusé de quatre chefs de meurtre au premier degré relativement à cette tragédie. Les procureurs affirment qu’il s’agit d’un acte de terrorisme. Le procès n’a pas encore commencé.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.