Ont.: le masque «obligatoire» dans les transports, mais personne ne sera refoulé

TORONTO — Le port du masque sera bientôt «obligatoire» dans les grands réseaux de transport en commun de l’Ontario — mais personne ne sera refoulé aux guichets à visage découvert.

Les grandes sociétés de transport s’affairaient déjà jeudi à se conformer à cette nouvelle directive du gouvernement ontarien qui vise à éviter une résurgence de la COVID-19.

Les sociétés de transports en commun de Toronto et d’Ottawa ont annoncé que les voyageurs devront porter un couvre-visage dans les semaines à venir. Par contre, les deux sociétés n’ont pas l’intention de refuser l’accès à un voyageur qui ne porterait pas de couvre-visage.

Metrolinx, responsable du réseau régional GO Transit, qui dessert une grande partie du sud de l’Ontario, a elle aussi déclaré qu’elle encouragera les voyageurs à porter le masque dans ses trains de banlieue, sans en faire une obligation formelle.

Les mesures sont conformes aux nouvelles directives du gouvernement ontarien publiées jeudi, la veille de l’entrée en vigueur des mesures de «réouverture économique» dans la majeure partie de la province. Le ministère des Transports «recommande fortement» le port d’un couvre-visage dans les transports en commun, surtout si la distanciation physique de deux mètres ne peut être respectée.

Le maire de Toronto, John Tory, a expliqué que cette distanciation physique est déjà plus difficile à respecter dans les métros, les autobus et les tramways de la métropole canadienne. Bien que le grand Toronto fasse partie des régions exclues des mesures de déconfinement qui entrent en vigueur vendredi, le maire Tory a déclaré que l’achalandage avait déjà commencé à augmenter dans les transports en commun de la ville.

M. Tory a indiqué qu’un projet de règlement visant à rendre les masques «obligatoires» entrerait en vigueur le 2 juillet, s’il est approuvé par le conseil d’administration de la société des transports de Toronto.

Il a par ailleurs admis que le port du masque avait déjà été largement adopté par les voyageurs et que les autorités n’allaient pas user de coercition pour faire respecter la recommandation — on ne refusera personne dans les transports publics.

«La grande majorité des gens veulent faire ce qu’il faut, a-t-il déclaré. Et cela m’amène à conclure qu’ils porteront effectivement un couvre-visage dans le réseau. Je sais que la répression ne sera pas nécessaire.»

Des plans similaires ont été annoncés par la société de transport en commun d’Ottawa, OC Transpo, qui a indiqué jeudi que sa politique entrerait en vigueur le 15 juin.

Les sociétés de transport de Toronto et d’Ottawa précisent que les enfants de moins de deux ans et ceux qui ne peuvent pas porter de masques pour des raisons physiques ou de santé seront exemptés des règles — on se fiera à leur parole.

Les deux agences ont également annoncé des plans ponctuels de distribution de masques à usage unique dans le cadre des efforts de sensibilisation pour promouvoir la nouvelle politique.

La porte-parole de Metrolinx, Anne Marie Aikins, a elle aussi déclaré que les clients de plus de deux ans étaient «fortement encouragés» à porter un couvre-visage dans les transports en commun — sans parler d’obligation formelle, sanctionnée. Les masques sont déjà obligatoires pour le personnel de l’agence, a-t-elle ajouté.