L’Ontario retombe à l’arrêt pour quatre semaines afin de briser la troisième vague

TORONTO — Le gouvernement de l’Ontario active le «frein d’urgence» dans l’ensemble de la province dans le but de lutter contre de récents sommets d’infections à la COVID-19.

Le premier ministre Doug Ford a déclaré que les nouvelles mesures entreraient en vigueur samedi et se poursuivraient pendant au moins quatre semaines.

Le gouvernement a demandé aux Ontariens de limiter les déplacements à l’extérieur de la maison aux nécessités telles que la nourriture, les médicaments et d’autres services essentiels, mais il s’est abstenu d’imposer une ordonnance de maintien à domicile comme il l’a fait en janvier.

M. Ford a indiqué qu’il y aurait des limites de capacité dans les magasins de détail, tandis que les restaurants seront restreints aux plats à emporter, à la livraison et au service au volant.

Le gouvernement a déclaré que les écoles resteraient également ouvertes, car elles sont essentielles à la santé mentale des élèves.

«La décision n’a pas été prise à la légère», a déclaré M. Ford en annonçant les nouvelles mesures. «Je sais à quel point ces restrictions continuent de peser sur la santé mentale et le bien-être des gens.»

Selon le gouvernement, les admissions actuelles dans les unités de soins intensifs liées à la COVID-19 ont déjà surpassé les chiffres de la deuxième vague et les hôpitaux des zones chaudes régionales devront réduire davantage les interventions chirurgicales prévues.

Selon les plus récentes données disponibles, l’Ontario compte 1116 patients hospitalisés en raison de la COVID-19, dont 433 se trouvent dans une unité de soins intensifs.

Jeudi matin, la province a rapporté 2557 nouvelles infections et 23 décès supplémentaires. Les nombres de nouveaux cas les plus élevés se trouvent à Toronto (743), Peel (484) et York (311).

L’annonce du gouvernement est intervenue quelques heures après que les scientifiques qui le conseillent eurent affirmé qu’il fallait maintenant revenir à des ordonnances de maintien à domicile afin de contrôler la troisième vague de COVID-19, alimentée par des variants plus transmissibles et potentiellement plus virulents. 

Les ordonnances de maintien au domicile ont expiré il y a des semaines en Ontario, lorsque le gouvernement est passé à un système à code de couleurs.

La Table de consultation scientifique de l’Ontario a publié jeudi les résultats de ses dernières données de modélisation de la pandémie. Le docteur Adalsteinn Brown, coprésident du comité, affirme que les projections de cas à court terme dépendront entièrement des mesures de santé publique mises en œuvre par le gouvernement et des taux de vaccination dans la province.

Il rappelle que le déploiement du vaccin en Ontario n’atteint pas les communautés les plus à risque et que cela retarde l’impact réel de cette mesure dans la lutte contre la pandémie. Le docteur Brown estime que la propagation des variants menace la capacité du système de santé de la province à faire face aux admissions régulières aux soins intensifs et à soigner tous les patients ontariens. 

Plus tôt cette semaine, le premier ministre Doug Ford a exhorté les Ontariens à ne pas prévoir de rencontres lors du congé pascal et à rester à la maison à l’approche de l’entrée en vigueur de nouvelles règles.   

Plus de 150 médecins des soins intensifs ont signé jeudi une lettre ouverte envoyée à M. Ford, à la ministre de la Santé, Christine Elliott, et au médecin hygiéniste en chef, le docteur David Williams, appelant à de nouvelles mesures plus strictes.

«Les mesures et le cadre actuels ne fonctionnent pas pour contenir la propagation de ce virus», lit-on dans la lettre. «Même si nous avions une capacité de soins intensifs illimitée, permettre à ces (variants préoccupants) de se propager de manière exponentielle est contraire à l’éthique.»

La lettre indique que les médecins voient des patients plus jeunes sous respirateurs, dont beaucoup sont des parents d’enfants d’âge scolaire. Il note que les personnes admises aux soins intensifs ont contracté la COVID-19 au travail ou ont suivi toutes les règles et ne sont sorties que pour faire l’épicerie.

Laisser un commentaire