ONU: 68,5 millions de personnes ont été déplacées en 2017

GENÈVE, Suisse — Près de 69 millions de personnes ont été chassées de chez elles par la guerre, la violence et la persécution en 2017, ce qui constitue un nouveau record pour une cinquième année consécutive, a annoncé mardi l’agence onusienne des réfugiés.

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a expliqué que les crises qui se poursuivent dans des endroits comme le Soudan du Sud et le Congo, en plus de l’exode des musulmans rohingyas au Myanmar, ont gonflé à environ 68,5 millions le nombre de personnes déplacées l’an dernier.

Du nombre, 16,2 millions de personnes étaient nouvellement déplacées, ce qui correspond à une moyenne de 44 000 personnes par jour. Plusieurs réfugiés ont été contraints de se déplacer à de multiples reprises.

Le Canada occupait le neuvième rang mondial au chapitre des demandes d’asile, avec 47 800 requêtes enregistrées en 2017 — soit plus du double de l’année précédente.

Les États-Unis occupent le premier rang pour la première fois avec plus de 330 000 demandes, ce qui représente un bond de 27 pour cent par rapport à 2016.

Quatre-vingt-cinq pour cent des réfugiés se trouvent dans des pays en voie de développement, dont plusieurs qui sont «désespérément pauvres», ce qui démontre que la crise ne touche pas vraiment les pays développés, a expliqué l’UNHCR.

On soulignera mercredi la Journée mondiale des réfugiés.