O’Toole a dépensé 3,69 M $ dans la course à la chefferie et affiche un léger surplus

OTTAWA — Le chef conservateur Erin O’Toole a dépensé 3,69 millions $ pendant sa campagne à la direction du parti, l’an dernier.

Mais comme il avait amassé plus de 3,7 millions $, il a terminé la course avec un léger surplus, selon le dernier rapport de campagne soumis à Élections Canada. 

Les candidats dans une course à la direction d’un parti doivent soumettre leurs rapports de dépenses six mois après la fin de la course. Cette date butoir a été atteinte cette semaine, mais deux des quatre candidats arrivés en tête en août 2020 ont obtenu un délai. 

Élections Canada a indiqué vendredi que le candidat Peter MacKay, arrivé deuxième, avait demandé un délai de 90 jours, alors que Derek Sloan, arrivé quatrième, a obtenu 120 jours de plus. Leslyn Lewis, qui avait terminé troisième dans la course, a dépensé 2,2 millions $ et elle affiche aussi un léger surplus.

Les candidats étaient autorisés à dépenser jusqu’à 5 millions $ dans la course. M. MacKay a déclaré qu’il avait terminé la campagne avec une dette d’environ 1 million $. Il soutient qu’il négocie avec les fournisseurs de services et organise des collectes de fonds pour essayer de réduire cette dette. M. MacKay a depuis quitté la politique, bien qu’il ait brièvement envisagé de se présenter aux prochaines élections fédérales. Il vit maintenant dans sa province natale, la Nouvelle-Écosse.

Le député ontarien Derek Sloan ne déclare aucune dette. Depuis la fin de la course, il a été expulsé du caucus conservateur pour ce que M. O’Toole a appelé une «tendance de comportements destructeurs», à la suite de propos controversés. M. Sloan ne pourra pas se présenter sous la bannière conservatrice aux prochaines élections; on ne sait pas s’il sera candidat indépendant ou d’un autre parti. 

Leslyn Lewis, de son côté, devrait être candidate dans le bastion conservateur de Haldimand-Norfolk. Elle était plutôt inconnue des militants au début de la course, mais sa solide troisième place a consolidé sa position en tant que vedette potentielle du parti. M. O’Toole l’a d’ailleurs souligné, jeudi soir, lorsqu’il a participé à un événement virtuel avec elle pour marquer le mois de l’histoire des Noirs.

«Je sais qu’elle va nous aider à développer ce mouvement conservateur et à gagner la confiance de plus en plus de Canadiens, y compris de membres de la communauté noire d’un océan à l’autre, auxquels nous devons tendre la main et renforcer la confiance», a-t-il déclaré.

L’événement avait été annoncé comme une «conversation» avec M. O’Toole, mais cette conversation sur des sujets qui touchent les communautés noires a eu lieu en fait avec le député conservateur Richard Bragdon, qui est blanc, en utilisant des questions qui avaient été soumises par d’autres, selon le parti. 

M. Bragdon est par ailleurs l’un des sept députés conservateurs actuels qui a soutenu Mme Lewis pendant la course, la plupart alignés vers l’aile «socialement conservatrice» du parti —plutôt que l’aile du «conservatisme fiscal». Le succès relatif de Mme Lewis dans la course est attribuable à sa capacité à rallier des militants partisans du «conservatisme social». Beaucoup de ses appuis sont ensuite allés à M. O’Toole, comme deuxième ou troisième choix dans la course.

Mme Lewis a clairement fait savoir à M. O’Toole, jeudi soir, qu’elle défendrait toujours ces positions. «Lorsque la base a des inquiétudes, je lui en fais part et je dis que ce sont ses préoccupations», a-t-elle déclaré.

Laisser un commentaire