O’Toole agira rapidement pour apposer son empreinte sur le Parti conservateur

OTTAWA — À peine élu à la tête du Parti conservateur, Erin O’Toole s’est aussitôt installé au bureau du chef de l’opposition officielle, et il a déjà commencé à se pencher sur la formation d’une équipe pour guider le parti dans les mois à venir.

La première tâche de M. O’Toole sera de procéder à un changement de personnel. Il fera vraisemblablement appel à une partie de son équipe de campagne pour superviser les opérations et la stratégie des conservateurs sur la colline du Parlement, tandis que d’autres assumeront des rôles de direction au sein du parti.

Il se tournera ensuite vers son caucus de 121 membres pour rassembler l’équipe qui l’entourera à la reprise des travaux à la Chambre des communes cet automne.

Choisir son équipe aux Communes sera une tâche délicate. M. O’Toole devra veiller à ce que les partisans de ses rivaux dans la course à la direction se sentent toujours les bienvenus, mais il devra aussi réserver une place de choix à ceux qui l’ont soutenu pendant la campagne.

Les membres du parti dans l’ensemble ont accordé une solide victoire au député ontarien, lui accordant finalement 57 % des voix, après trois tours de scrutin qui se sont prolongés jusqu’au petit matin lundi.

Peter MacKay a terminé deuxième avec 43 %, un coup dur pour les membres de son équipe qui avaient défilé dimanche autour de l’hôtel d’Ottawa dont ils avaient fait leur quartier général, se vantant de leurs efforts pour faire sortir le vote.

«J’ai le sentiment que nous avons mené une campagne courageuse et de grande envergure», a écrit M. MacKay sur les médias sociaux lundi. «Ce fut une expérience extraordinaire, même si ce n’est pas le résultat que nous espérions. Je vais maintenant me concentrer sur ma famille et de futurs engagements de service public.»

Bien que M. MacKay ne siège pas à Ottawa, M. O’Toole devra tout de même tendre la main à ceux qui l’ont soutenu.

Plusieurs conservateurs influents qui avaient appuyé Erin O’Toole lors de la course de 2017 ont jeté leur dévolu sur Peter MacKay cette fois-ci. Reste à voir si le nouveau chef les récompensera ou s’il leur tournera le dos.

Il y a aussi ceux qui sont restés neutres dans la course, dont la députée albertaine Michelle Rempel Garner et le député de la région d’Ottawa Pierre Poilievre, tous deux appréciés par de nombreux militants de la base du parti.

Trouver une place pour tout le monde

Le nouveau chef devra trouver une place pour tout le monde, résume Garry Keller, qui travaillait avec Rona Ambrose lorsqu’elle était chef intérimaire du parti. «Les mains oisives n’aident pas celui qui remporte la course.»

Une autre question cruciale sera de trouver un rôle approprié pour Leslyn Lewis, la première femme noire à se présenter à la direction du parti. Cette nouvelle venue en politique, qui s’est hissée à la troisième place de la course, a cimenté le pouvoir des conservateurs sociaux au sein du parti. Au deuxième tour, elle a même remporté le vote populaire.

Mme Lewis avait le soutien explicite de sept députés du caucus, mais d’autres qui avaient précédemment appuyé des positions chères aux conservateurs sociaux sont restés à l’écart, dont Rachael Harder de l’Alberta.

Leslyn Lewis a refusé d’accorder une entrevue à La Presse Canadienne lundi. Elle avait déjà fait savoir qu’elle serait candidate conservatrice aux prochaines élections, peu importe qui serait élu à la tête du parti.

Erin O’Toole devra aussi décider de la place qu’il donnera à Derek Sloan, qui a terminé dernier.

Le député a failli être expulsé du caucus pendant la campagne après avoir déclenché un tollé avec ses propos sur l’administratrice en chef de la santé publique du Canada, la docteure Theresa Tam. Il a également tenu des propos discutables sur des questions entourant l’avortement et les soi-disant thérapies de «réorientation sexuelle».

M. O’Toole est l’un des seuls qui aient pris la défense de M. Sloan pour qu’il garde sa place au sein du caucus malgré ces controverses. Il a également promis de respecter et d’écouter tous les membres du parti, quelles que soient leurs tendances politiques.

L’équipe de campagne de M. Sloan n’a pas répondu à une demande de commentaire lundi.

Laisser un commentaire
Les plus populaires