O’Toole autorise le vote libre sur un projet de loi sur les avortements sélectifs

OTTAWA — Le chef conservateur Erin O’Toole autorisera un vote libre sur la proposition d’une membre du caucus pour interdire les «avortements sélectifs selon le sexe».

Un projet de loi d’initiative parlementaire sur la question a été présenté mercredi par la députée de la Saskatchewan Cathay Wagantall et débattu en deuxième lecture à la Chambre des communes.

Mme Wagantall a cité un sondage qui a indiqué que de nombreux Canadiens sont opposés à l’interruption volontaire de grossesse sur la base du sexe.

Elle a fait valoir que son projet de loi promouvait l’égalité des sexes pour les filles et les femmes, et avait plus de soutien que d’autres questions liées à l’avortement tout en étant moins polarisant.

«J’encourage chaque membre de cette Chambre à avoir le courage d’exercer sa liberté légitime de voter selon sa propre conscience, de la même manière que nous, de ce côté-ci du parquet, avons cette liberté de faire et d’adopter ce projet de loi», a déclaré Mme Wagantall aux députés.

Elle a particulièrement lancé un défi aux députés libéraux, soulignant que le premier ministre Justin Trudeau et son cabinet s’identifiaient comme féministes.

Karen Vecchio, leader adjointe de l’opposition à la Chambre, a suggéré que les parlementaires devraient au moins être ouverts à discuter de la question, plutôt que de simplement se lancer dans des attaques contre leurs rivaux.

Mais les représentants du PLC, du NPD et du Bloc québécois n’ont pas tardé à prendre à partie les conservateurs, qualifiant le projet de loi de tentative dissimulée d’éroder les droits reproductifs des femmes avec des énoncés trompeurs et un langage autour de l’égalité visant à déguiser sa véritable intention.

«Personne ne soutiendrait l’avortement sélectif selon le sexe, mais ce n’est pas ce qu’est ce projet de loi», a déclaré Jennifer O’Connell, secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé Patty Hajdu.

«Si ce projet de loi ne vise vraiment qu’à interdire les avortements sélectifs en fonction du sexe, alors pourquoi son propre chef a-t-il déclaré qu’il ne le soutenait pas? Si ce n’est vraiment pas un moyen détourné d’éroder les droits des femmes, pourquoi son propre chef ne le soutient-il pas?», a affirmé Mme O’Connell.

M. O’Toole a déclaré plus tôt dans la semaine qu’il voterait personnellement contre le projet de loi, car il soutient le droit d’une femme de choisir d’interrompre sa grossesse.

À ce moment, M. O’Toole n’a pas répondu directement à la question de savoir s’il autoriserait ses porte-parole de l’opposition à voter librement sur la question.

Sa porte-parole, Chelsea Tucker, a confirmé mercredi que les votes de conscience sont des votes libres pour tous les membres.

L’organisation anti-avortement RightNow a salué la nouvelle selon laquelle M. O’Toole s’en tient à sa promesse de campagne à la direction de permettre à ses députés de voter librement sur des questions de conscience.

«Bien que nous soyons heureux qu’Erin (O’Toole) ait confirmé cet engagement envers les pro-vie, nous sommes toujours déçus de sa décision de ne pas voter pour cette loi raisonnable et populaire», a déclaré la cofondatrice de l’organisation Alissa Golob dans un communiqué.

«Nous continuerons de surveiller de près quels députés voteront pour et contre la législation et encouragerons nos partisans à voter et à se porter volontaires en conséquence lors des prochaines élections.»

Laisser un commentaire