Ottawa accepte de renégocier la structure financière du projet de Muskrat Falls

SAINT-JEAN, T.-N.-L. — Ottawa et Terre-Neuve-et-Labrador vont renégocier la structure financière du projet hydroélectrique de Muskrat Falls, pour éviter que les dépassements de coûts du mégaprojet ne soient épongés par les consommateurs.

Dans un rapport publié vendredi, la Régie des services publics de la province prévoyait une augmentation moyenne «sans précédent» de 75 % des tarifs résidentiels en 2021. La régie faisait aussi état des inquiétudes des clients industriels quant à leur capacité à demeurer concurrentiels sur les marchés.

L’entente annoncée lundi par le ministre fédéral des Ressources naturelles, Seamus O’Regan, et le premier ministre, Dwight Ball, vise à remplacer la structure financière présentée lorsqu’Ottawa a fourni des garanties de prêt.

«Les deux gouvernements prendront les dispositions nécessaires pour conclure et mettre en oeuvre un accord avant la mise en service des ouvrages», indique Ottawa dans un communiqué. «Entretemps, le gouvernement du Canada permet à (la société d’État) Nalcor et à ses filiales de reporter les paiements versés au fonds d’amortissement jusqu’à la fin de 2021 ou jusqu’à la réalisation des projets, selon la première de ces éventualités.»

Les deux gouvernements travailleront également à l’électrification des bâtiments fédéraux afin de réduire les surplus d’électricité prévus dans cette province avec l’arrivée du nouveau barrage.

On prévoit que les tarifs d’électricité vont monter en flèche à Terre-Neuve-et-Labrador lorsque le barrage de Muskrat Falls, au Labrador, s’ajoutera au réseau en 2021. Le premier ministre Ball a déclaré que ce dossier constitue une priorité absolue pour son gouvernement et il s’est engagé à maintenir les tarifs d’électricité proches des niveaux actuels, mais les pourparlers avec Ottawa traînaient depuis des mois.

Les coûts du mégaprojet de barrage sur le cours inférieur du fleuve Churchill ont grimpé à plus de 12,7 milliards $ depuis son approbation en 2012, selon la dernière estimation de la société d’État Nalcor Energy. Par ailleurs, le barrage devrait produire plus d’électricité que la province ne peut en vendre et en vertu de sa structure financière actuelle, ce sont les clients qui devaient combler le manque à gagner à partir de 2021.

Les plus populaires