Ottawa amorce le processus d’achat de 18 avions de chasse Super Hornet

OTTAWA – Ottawa a amorcé le processus d’acquisition de 18 avions de chasse Super Hornet, qui viendront épauler de façon provisoire les vieux CF-18 le temps de lancer un appel d’offres pour remplacer éventuellement toute la flotte.

Le gouvernement a transmis mardi une «lettre de demande» à l’administration américaine, dans laquelle il décrit précisément ses besoins, son échéancier et ses exigences de retombées économiques pour le Canada. À partir de ce cahier de charges, le géant de l’aérospatiale Boeing devrait déposer une proposition formelle d’ici l’automne, et Ottawa espère conclure le contrat d’ici la fin de l’année ou au début de 2018.

Ottawa a annoncé en novembre son intention d’acheter 18 nouveaux appareils Hornet en attendant de conclure l’appel d’offres pour le remplacement des CF-18 — un processus qui ne devrait être lancé qu’en 2019.

Les libéraux soutiennent que ces Super Hornet sont essentiels parce que les CF-18 ne permettront pas à l’armée de l’air de défendre l’Amérique du Nord et de remplir en même temps ses obligations auprès de l’OTAN. Certains anciens membres de l’état-major ont cependant estimé que le gouvernement devrait lancer immédiatement un appel d’offres, et qu’un appareil intérimaire coûtera plus cher à long terme.

Selon certaines sources, les libéraux prévoient acheter les Super Hornet avec les budgets réservés par les conservateurs pour l’achat des chasseurs furtifs F-35. Cela signifie que le gouvernement devra trouver de nouvelles sommes pour remplacer les CF-18 — dans le cadre de sa nouvelle politique de défense, ou en annulant d’autres projets.

Le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, a indiqué mardi que le contrat des Super Hornet devra respecter la Politique des retombées industrielles et technologiques du Canada.

«Ainsi, les fournisseurs éventuels devront s’engager à réaliser des investissements au Canada d’une valeur équivalant à l’intégralité de la valeur de leur contrat», précise le ministre.