Ottawa annonce 250M$ pour le chauffage résidentiel, surtout dans le Canada atlantique

OTTAWA — Le ministre fédéral de l’Environnement, Steven Guilbeault, a annoncé jeudi jusqu’à 250 millions $ sur quatre ans pour aider les Canadiens avec le chauffage résidentiel, dont près de la moitié pour le Canada atlantique.

M. Guilbeault affirme qu’environ 120 millions $ du financement iront aux quatre provinces de l’Atlantique, qui ont soulevé des inquiétudes concernant les coûts énergétiques associés au plan de tarification du carbone d’Ottawa.

Le gouvernement fédéral dit qu’en mettant l’accent sur les ménages à faible revenu, le financement aidera les propriétaires utilisant du mazout à se tourner vers des sources plus vertes telles que les thermopompes électriques.

Il indique que les premières estimations montrent que le financement pourrait aider entre 10 000 et 25 000 foyers à travers le pays, dont plus de 40% dans le Canada atlantique.

Le financement doit être accordé aux provinces et aux territoires, qui pourront ensuite l’utiliser pour prolonger ou élargir les programmes d’efficacité énergétique actuels.

Dans un communiqué de presse, M. Guilbeault affirme que l’argent aidera les Canadiens à économiser des milliers de dollars sur leurs factures d’énergie annuelles tout en luttant contre les changements climatiques.

«Nous avions promis au Canada atlantique d’offrir plus d’aide pour atténuer les difficultés liées aux coûts énergétiques des maisons, et nous tenons promesse avec l’annonce d’aujourd’hui», a déclaré le ministre.

Selon le gouvernement, environ 30 % des foyers du Canada atlantique utilisent actuellement le mazout pour le chauffage.

Il indique qu’en profitant d’une gamme de programmes de financement de différents ordres de gouvernement, certains ménages pourraient voir jusqu’à 100 % de leurs dépenses admissibles couvertes, dont jusqu’à 75 % couvertes par des programmes fédéraux.

Les quatre premiers ministres de l’Atlantique ont écrit à M. Guilbeault le 1er septembre pour demander une prolongation du délai fédéral pour soumettre de nouveaux plans de tarification du carbone, mais la demande a été refusée.

Ils ont soumis des plans à la date limite du 2 septembre, mais ont demandé des pourparlers avec le bureau de M. Guilbeault pour répondre à leurs espoirs d’une «solution pratique» pour faire face aux coûts de mise en œuvre de la tarification du carbone en période de pressions inflationnistes.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.