Une nouvelle usine de composantes de batteries pour véhicules électriques en Ontario

Ottawa a conclu un accord avec la société belge Umicore pour la construction d’une nouvelle usine de matériaux pour la fabrication de batteries dans l’est de l’Ontario.

Le premier ministre Justin Trudeau s’était déplacé mercredi matin à Kingston pour annoncer ce partenariat. La nouvelle installation, dans le «canton de Loyalist», fournira selon lui des matériaux pour un million de véhicules électriques par année.

M. Trudeau affirme que la nouvelle usine créera un millier d’emplois pendant sa construction et des centaines de postes à long terme une fois qu’elle sera pleinement en activité.

«Le Canada ne sera pas seulement un joueur mondial dans le secteur des véhicules électriques: avec cette annonce et d’autres que nous avons faites, nous démontrons que nous devenons des leaders dans le monde», a déclaré le premier ministre en point de presse à l’Université Queen’s, à Kingston.

Umicore prévoit d’investir 1,5 milliard $ pour construire l’usine de cathodes et de matériaux précurseurs, a indiqué le gouvernement provincial, notant que les cathodes représentent environ la moitié de la valeur d’une batterie de véhicule électrique.

M. Trudeau a déclaré que de tels investissements font partie d’un «gros pari» selon lequel le Canada peut devenir un acteur international clé en matière de chaînes d’approvisionnement pour les véhicules électriques.

«Nous avons intensifié les annonces importantes, la plupart en partenariat avec le gouvernement de l’Ontario, qui couvrent l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, a-t-il indiqué. Les gens ont compris que (…) le Canada est un endroit très intéressant où investir.»

Énergie, ressources et compétences

Mathias Miedreich, PDG d’Umicore, a déclaré que trois raisons avaient conduit la société belge à choisir le canton de Loyalist et l’Ontario pour cette «giga-usine».

«Premièrement, pour la disponibilité de l’énergie propre, a déclaré M. Miedreich. C’est la chose à faire si on veut construire un véhicule électrique.»

M. Miedreich ajoute que la disponibilité «unique» des ressources au Canada par rapport à toute l’Amérique du Nord en faisait également un choix enviable. «La troisième (raison) était la disponibilité de compétences, de compétences pointues, ici en particulier dans la région du canton de Loyalist et à Kingston», a-t-il déclaré, en parlant cette fois d’un facteur «déterminant».

Le premier ministre Doug Ford n’a jamais caché qu’il voulait faire de l’Ontario un chef de file à chaque étape du processus de fabrication des véhicules électriques, des minéraux essentiels nécessaires aux batteries jusqu’à l’assemblage final.

Le ministre fédéral de l’Industrie, François-Philippe Champagne, a déclaré à Kingston que la nouvelle usine comblera une lacune dans le système canadien de véhicules électriques, en renforçant un élément clé du processus de fabrication des batteries.

«Le secteur de l’automobile s’étend maintenant à travers tout le pays, ce n’est pas seulement concentré, a déclaré M. Champagne. Mais maintenant, Kingston va faire partie de l’industrie automobile au Canada.»

Le canton de Loyalist a indiqué que la construction de l’usine d’Umicore devrait commencer l’année prochaine, et l’exploitation est prévue pour la fin de 2025.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.