Ottawa: arrestation d’un homme pour menaces de mort et terroristes sur Twitter

OTTAWA — Un jeune homme d’Ottawa soupçonné d’avoir proféré sur un réseau social des menaces à l’endroit d’institutions canadiennes et de pays étrangers a été arrêté récemment par la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

La date exacte de l’arrestation de Daniel Houde, âgé de 19 ans, n’a pas encore été dévoilée par la police fédérale. Toutefois, l’Équipe intégrée de la sécurité nationale (EISN) de la GRC à Ottawa a été informée le 8 novembre dernier des menaces de mort et de nature terroriste émises sur le réseau social Twitter. 

Pascal Herbert, officier adjoint à l’EISN d’Ottawa, rappelle que toutes les menaces sont prises au sérieux, y compris les gazouillis sur les médias sociaux.

La GRC signale que le jeune homme est accusé d’incitation à craindre des activités terroristes, d’avoir proféré délibérément des menaces de causer la mort ou des lésions corporelles à quelqu’un et d’avoir proféré des menaces de brûler, de détruire ou d’endommager un immeuble.

La GRC précise que les menaces visaient la Colline du Parlement, le département de la Défense, l’ambassade de la République populaire de Chine et l’ambassade des États-Unis à Ottawa.

Selon des documents judiciaires, Houde aurait menacé d’utiliser des explosifs contre des membres du Parlement, «une bombe sale artisanale» sur le département de la Défense et l’ambassade des États-Unis et du «carburéacteur» à l’ambassade de Chine.

Il a d’abord été placé en détention avant d’être libéré sous condition, notamment une interdiction d’armes. 

Il lui est aussi interdit de se trouver à moins de 50 mètres de la Colline du Parlement et des ambassades américaine et chinoise, en plus de ne pas devoir communiquer avec leur personnel.

Un porte-parole de la division ontarienne de la GRC a déclaré dans un courriel que la menace visant le département de la Défense n’était «pas dirigée contre une unité spécifique», et le même message sur Twitter évoquait le Pentagone américain.

Houde n’a pas encore inscrit de plaidoyer et son avocat, Oliver Abergel, a refusé une demande d’entrevue.

Houde comparaîtra devant la Cour provinciale d’Ottawa le 18 janvier prochain.

Cet article a été produit avec le soutien financier des Bourses Meta et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.