Ottawa consacre 100 millions $ pour décontaminer Boat Harbour en Nouvelle-Écosse

HALIFAX — Le gouvernement fédéral s’est engagé à dépenser 100 millions $ pour aider au nettoyage des étangs d’épuration de Boat Harbour, longtemps considéré comme l’un des sites les plus pollués de la Nouvelle-Écosse.

Les vastes lagunes, situées près de la Première Nation de Pictou Landing dans le nord de la Nouvelle-Écosse, sont contaminées par des millions de litres d’eaux usées traitées provenant de l’usine de papier Northern Pulp, située à proximité.

Avant la construction de l’usine à la fin des années 1960, Boat Harbour était utilisé à des fins récréatives et pour cultiver des aliments. La communauté autochtone locale s’y approvisionnait également en plantes cérémonielles et médicinales provenant de l’habitat d’eau salée.

Les fonds fédéraux serviront à remettre les lagunes dans leur état naturel en tant qu’estuaire à marée qui se jette dans le détroit de Northumberland — l’étendue d’eau qui sépare la Nouvelle-Écosse de l’Île-du-Prince-Édouard.

Le plan prévoit de retirer les sols et les sédiments contaminés, ce qui contribuera à restaurer l’habitat du poisson et des oiseaux et à protéger les zones de pêche et de chasse traditionnelles de la population locale Mi’kmaq.

Andrea Paul, chef de la Première Nation de Pictou Landing, a déclaré que le projet aiderait la communauté à entamer un processus de guérison important qui mettra fin à des décennies de traumatismes causés par la «dévastation de l’environnement».

La législature provinciale a ordonné à la société mère de l’usine, Paper Excellence, de fermer d’ici 2020 la station de traitement qui pompe les effluents dans les lagunes.

La compagnie, qui emploie plus de 300 personnes à l’usine, a prévenu qu’elle serait fermée à moins d’évacuer des millions de litres d’eaux usées directement dans le détroit de Northumberland.

En mars, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a demandé à l’entreprise de fournir davantage d’informations sur son projet de pomper quotidiennement 85 millions de litres de déchets dans le détroit.

La société a déclaré qu’elle ne pouvait pas respecter l’échéance de 2020, mais le premier ministre Stephen McNeil a insisté sur le fait que cette date ne changerait pas.

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse s’est déjà engagé à dépenser plus de 100 millions $ dans le nettoyage.