Ottawa demande aux Autochtones et aux Métis de reporter leurs élections

OTTAWA — Le ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller, essaie de convaincre les communautés autochtones qui se préparent à tenir des élections de reporter leurs scrutins.

Marc Miller prévient que d’organiser des élections pendant une pandémie représente un danger pour la santé publique lorsque l’on demande à la population de s’isoler et de respecter les bonnes pratiques d’éloignement social.

De nombreuses Premières Nations et Nations métisses doivent tenir des élections en 2020, selon les règles démocratiques.

Le ministre Miller insiste sur le fait que le gouvernement fédéral ne recommande pas d’aller de l’avant pour l’instant afin de s’assurer du bien-être des communautés.

Toutefois, Ottawa n’a pas le pouvoir de prolonger les mandats des chefs et autres membres élus des conseils de bande. Cette décision doit être prise par les communautés autochtones elles-mêmes.

Cette semaine, le Ralliement national des Métis a annoncé le report de son élection et de son assemblée générale prévues à la fin avril en raison de la pandémie.

«C’est impossible que l’on puisse tenir ce genre d’élection en avril», a reconnu son vice-président David Chartrand.

Le ministre des Services aux Autochtones admet que la situation puisse poser problème aux communauté dont les élections sont prévues à très court terme.

Son attachée de presse, Vanessa Adams, a indiqué que le ministère communique avec les communautés concernées et collabore avec elles pour minimiser les impacts de la prolongation des mandats des élus en place.

Dans le cas où certaines communautés préfèrent aller de l’avant malgré la pandémie, le ministère se dit prêt à communiquer certaines mesures de prévention supplémentaires pour protéger les électeurs.

Les plus populaires