Ottawa demande la libération du principal leader de l’opposition en Ouganda

OTTAWA — Le gouvernement canadien se dit «profondément préoccupé» par la situation politique en Ouganda, mais n’a pas l’intention de suspendre le déploiement occasionnel d’un avion militaire dans ce pays, en appui aux missions de maintien de la paix de l’ONU dans la région.

L’Ouganda vit sous haute tension depuis l’élection présidentielle de la semaine dernière. Yoweri Museveni, président de la république depuis 1986, a été déclaré vainqueur en fin de semaine, pour un sixième mandat consécutif. 

Depuis le scrutin, les forces de sécurité ont placé en résidence surveillée le principal leader de l’opposition, Robert Kyagulanyi, un chanteur populaire mieux connu sous le nom de Bobi Wine, qui avait qualifié cette élection de frauduleuse.

Ottawa se dit préoccupé par les restrictions imposées par les autorités ougandaises pendant la campagne électorale. Le Canada demande que les membres de l’opposition soient libérés et que des enquêtes soient ouvertes sur les allégations de fraude électorale.

Mais le gouvernement canadien ne prévoit pas de suspendre le déploiement occasionnel d’un avion militaire en Ouganda, en appui aux efforts de maintien de la paix des Nations unies dans la région. Le gouvernement précise que l’entente a été conclue avec l’ONU et non avec le gouvernement ougandais.

Cette entente prévoit le transport de troupes et d’équipement à partir de la ville d’Entebbe, au centre de l’Ouganda, vers différentes missions de l’ONU en Afrique.

Laisser un commentaire