Ottawa: des ambulanciers signalent des surdoses de drogue plus toxiques qu’avant

OTTAWA — Les appels pour des cas de surdose de drogue sont devenus quotidiens à Ottawa et les ambulanciers se disent préoccupés par la toxicité croissante des produits.

Darryl Wilton, président de l’Association professionnelle des paramédics d’Ottawa, signale que ses équipes constatent une augmentation de l’usage de benzodiazépines, des sédatifs ou des tranquillisants tels que le Valium, le Xanax ou l’Ativan, mélangés à des opioïdes. Il s’agit d’une combinaison qui peut envoyer des patients à l’hôpital pour des traitements que les ambulanciers ne peuvent pas fournir.

La naloxone est considérée comme un traitement de premier niveau pour les ambulanciers. Elle a été rendue accessible dans les pharmacies, car elle peut inverser les surdoses d’opioïdes. Cependant, Darryl Wilton signale que ce ne sont pas tous les patients qui répondent à l’antidote qui n’est pas efficace contre les benzodiazépines.

Un antidote appelé Flumazénil peut inverser les surdoses de benzodiazépines, mais il n’est administré qu’à l’hôpital.

Le district de Renfrew, qui dessert des communautés à l’ouest d’Ottawa, a envoyé lundi une alerte de surdose avertissant les résidents de la présence de drogues potentiellement mortelles circulant dans le secteur.

Les données de la santé publique d’Ottawa montrent qu’il y a eu 693 visites aux urgences pour des surdoses liées aux opioïdes entre janvier et octobre derniers, soit 10 % de visites de moins qu’à la même période en 2021. 

Darryl Wilton croit que l’existence de sites de consommation supervisée explique probablement cette baisse. Le centre de santé communautaire Somerset West abrite un tel site qui reçoit en moyenne 700 visites par mois.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.