Ottawa doit s’occuper dès maintenant de la vaccination des Autochtones, presse le NPD

OTTAWA — L’opposition néo-démocrate estime qu’Ottawa devrait avoir déjà dévoilé son plan pour amorcer au plus tôt la vaccination dans les communautés autochtones, puisque la santé des Premières Nations est de compétence fédérale.

En conférence de presse virtuelle, lundi, le porte-parole du Nouveau Parti démocratique (NPD) en matière de santé, Don Davies, a rappelé que le gouvernement fédéral avait confié aux provinces le soin de déterminer qui sera vacciné en premier contre la COVID-19. Par contre, la santé des Autochtones est manifestement de compétence fédérale, a-t-il dit.

Selon M. Davies, Ottawa devrait annoncer dès maintenant son plan détaillé pour s’assurer que les vaccins de Pfizer-BioNTech et les autres vaccins qui suivront seront livrés rapidement aux communautés autochtones qui connaissent des crises de santé publique similaires ou même pires que dans les centres urbains du pays.

M. Davies croit qu’Ottawa devrait même envisager de transporter par avion des Autochtones de communautés éloignées vers les grands centres pour recevoir le vaccin Pfizer-BioNTech, qui est difficile à transporter parce qu’il doit être conservé à très basse température. On devrait aussi envisager d’amener le vaccin dans des points de service régionaux pour desservir les zones rurales ou éloignées.

Le député néo-démocrate soutient que sur les 14 points de service actuels au pays — au moins un par province ou territoire —, aucun ne cible les «zones chaudes» dans les régions rurales ou éloignées, ce qui montre encore une fois, selon lui, qu’Ottawa ne donne pas la priorité aux soins de santé pour les Autochtones.

Le ministère des Services aux Autochtones indiquait vendredi qu’il travaillait en étroite collaboration avec des partenaires autochtones et non autochtones pour soutenir une approche intégrée et coordonnée dans ce dossier. 

Mais la députée néo-démocrate de ChurchillKeewatinook Aski, Niki Ashton, a indiqué lundi en conférence de presse que les chefs avec qui elle avait parlé l’ont assurée qu’ils n’avaient pas été consultés. «Ils sont désespérés. Ils veulent voir un plan aussitôt que possible pour la distribution de ce vaccin», a dit la députée qui représente la circonscription du nord du Manitoba. 

Elle a rappelé que «les experts ont été clairs: les communautés autochtones sont parmi les plus vulnérables au Canada».

____

Cet article a été produit avec l’aide financière des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire