Ottawa est pressé de repousser la date limite de remise des déclarations de revenus

OTTAWA — Le gouvernement fédéral est invité à prolonger la date limite ce mois-ci de production des déclarations de revenus, tout comme il l’a fait l’année dernière lors de la première vague de COVID-19.

Les conservateurs demandent aux libéraux d’accorder une dérogation jusqu’à la fin juin compte tenu des circonstances dans lesquelles se trouve le pays.

Le Québec a annoncé jeudi qu’il repoussait la date limite de dépôt jusqu’à la fin mai et renonçait à exiger des intérêts sur les soldes dus au cours du même mois.

Lors de la période des questions, le secrétaire parlementaire de la ministre du Revenu a affirmé que le gouvernement était conscient que cette saison des impôts est une période stressante pour les Canadiens.

Francesco Sorbara a également dit qu’il encourageait tous les Canadiens à produire leurs déclarations à temps afin qu’il n’y ait aucune interruption des prestations.

Le porte-parole conservateur Philip Lawrence n’a pas semblé impressionné par la réponse, disant à un moment donné: «Je vais prendre cela pour un non.»

Dans un communiqué, M. Lawrence a déclaré que la dernière chose à laquelle les Canadiens veulent faire face en ce moment, c’est le mal de tête et le stress financier liés à la déclaration de revenus.

«Donnons aux Canadiens un peu de répit, ainsi que la compassion dont ils ont tant besoin», a-t-il déclaré. «Le fait est qu’Ottawa peut attendre.»

Les libéraux ont reporté la date limite de production des déclarations de revenus l’année dernière du 30 avril au 1er juin lors de la première vague de COVID-19 et ont retardé le paiement de tout solde dû à septembre pour atténuer les problèmes de liquidités des ménages.

Une organisation professionnelle représentant les comptables agréés, CPA Canada, a demandé à l’Agence du revenu du Canada un sursis similaire au cours des derniers jours.

Sur son site web, l’organisation écrit à ses membres qu’elle espère que le gouvernement fédéral suivra l’exemple du Québec.

Laisser un commentaire