Ottawa injectera 62,25 millions $ dans la recherche sur les maladies chroniques

HAMILTON – Le gouvernement du Canada injectera 62,25 millions $ dans cinq nouveaux réseaux pancanadiens de recherche sur les maladies chroniques.

Les Instituts de recherche en santé du Canada affirment que ces réseaux mettront en contact des chercheurs, des professionnels de la santé, des responsables des politiques et des patients dans tout le pays pour améliorer la santé des Canadiens atteints de maladies chroniques.

Ils s’attaqueront à des priorités de recherche proposées par les patients et accéléreront l’application des résultats de la recherche au soin des patients et aux politiques de soins de santé. Les principaux thèmes de recherche seront le diabète, la douleur chronique, les enfants handicapés, les troubles gastro-intestinaux et la maladie rénale chronique.

Les groupes ont souligné que les patients collaboraient depuis le début avec les chercheurs pour s’assurer que les thèmes de recherche correspondent à ce qui importe réellement pour eux.

En plus de l’argent du gouvernement fédéral, les réseaux recevront également 126 millions $ de partenaires, dont des universités, des hôpitaux, des groupes industriels, des organismes de bienfaisance dans le domaine de la santé et des organismes provinciaux.

En procédant à l’annonce à l’Université McMaster, à Hamilton, en Ontario, la ministre de la Santé, Jane Philpott, a affirmé que la recherche aiderait à réduire les coûts reliés aux maladies chroniques.

«Nous sommes heureux d’appuyer ces réseaux dont le travail se traduira par une meilleure santé et une meilleure qualité de vie pour les Canadiens, et aidera à réduire le fardeau des maladies chroniques pour notre système de soins de santé», a dit la ministre.

Les commentaires sont fermés.

Je veux bien être volontaire car j’ai cette foutue maladie , qui nous ronge de l’intérieur et nous bouffe la vie , la notre mais celles de nos proches ! Au bout d’un moment à force d’être pris pour une hypocondriaque par tous car cela ne se voit pas de l’extérieur ; j’en peu plus de cette vie à 47ans !