Ottawa investit près d’un milliard de dollars dans un projet nucléaire en Ontario

La Banque de l’infrastructure du Canada du gouvernement fédéral investit près d’un milliard de dollars dans la construction du premier petit réacteur modulaire (PRM) du pays, situé sur le site d’une centrale nucléaire existante en Ontario.

Ontario Power Generation (OPG) développe le projet de 300 mégawatts à côté de la centrale nucléaire de 3500 mégawatts de Darlington. Les petits réacteurs modulaires sont des installations nucléaires beaucoup plus petites que les centrales traditionnelles et ce PRM alimenterait environ 300 000 foyers.

Lors de l’annonce de mardi, les représentants du gouvernement et de l’industrie ont présenté les PRM comme étant un élément clé pour parvenir à zéro émission nette de gaz à effet de serre. 

Le président et chef de la direction d’OPG, Ken Hartwick, a déclaré que ce projet est le premier, mais qu’il ne sera probablement pas le seul.

Le site pourrait accueillir quatre PRM, mais il faut d’abord savoir si le premier est une réussite, a expliqué M. Hartwick.

Le premier PRM de Darlington devrait commencer à produire de l’énergie en 2028.

Problèmes d’approvisionnement

L’Ontario se dirige vers une crise de l’approvisionnement en électricité au cours des prochaines années, la province et l’opérateur du système d’électricité ayant récemment annoncé un certain nombre de mesures pour tenter de l’anticiper.

La province cherche à prolonger la durée de vie de la centrale nucléaire de Pickering d’un an jusqu’en 2026 et envisage une remise à neuf pour en tirer encore 30 ans. Elle se procure également davantage de capacité de production de gaz naturel et de stockage d’électricité et déploie des programmes d’efficacité énergétique.

Certaines installations nucléaires sont sur le point de se déconnecter, entièrement ou pour être rénovées, et d’autres contrats de production expirent, tandis que la demande d’électricité s’accélère rapidement en raison de la croissance de la fabrication et des véhicules électriques.

Le ministre de l’Énergie de l’Ontario, Todd Smith, a déclaré que cette petite technologie modulaire aidera à répondre à ces demandes.

Le ministre fédéral des Ressources naturelles, Jonathan Wilkinson, a annoncé que la Banque de l’infrastructure investira 970 millions $ dans le projet.

«Les petits réacteurs modulaires peuvent être une technologie clé pour offrir un avenir net zéro, a-t-il indiqué. C’est pourquoi le gouvernement du Canada appuie activement le déploiement et la recherche dans ce domaine.»

L’énergie nucléaire est sans émission. Elle est toutefois coûteuse, ses déchets doivent être correctement scellés et stockés pendant des décennies et en cas d’accident, les conséquences peuvent être dévastatrices.

Critiques du Parti vert

Le chef du Parti vert, Mike Schreiner, a reproché au gouvernement progressiste-conservateur d’avoir annulé 750 contrats d’énergie verte au début de son premier mandat, ce qui aurait pu répondre à la crise en approvisionnement.

«Les gens paieront le prix des factures d’électricité plus élevées pour la décision de Doug Ford de rejeter les énergies renouvelables à faible coût en faveur des PRM à coût élevé», a-t-il déploré par communiqué.

M. Smith avance que le coût du projet sera payé par le biais des tarifs une fois que l’installation produira de l’énergie.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.