Ottawa met fin à certaines subventions aux combustibles fossiles

OTTAWA — Le Canada a publié jeudi les lignes directrices pour la mise en place de sa politique qui prévoit la fin des nouvelles subventions directes pour les investissements et les projets de combustibles fossiles à l’étranger, y compris ceux qui appartiennent à des entreprises canadiennes.

Il y a un an, lors de la COP26 à Glasgow, le Canada avait signé, avec 38 autres pays et institutions, une déclaration qui vise à «cesser d’apporter un nouveau soutien public direct au secteur énergétique international des combustibles fossiles sans dispositif de réduction d’ici la fin de 2022». 

Les lignes directrices de cette politique, publiées jeudi, s’appliquent à l’extraction, la production, le transport, le raffinage et la commercialisation de pétrole brut, de gaz naturel ou de charbon thermique, ainsi qu’aux projets de production d’électricité qui n’utilisent pas de technologies pour réduire considérablement les émissions, comme la capture du carbone.

Il existe une exclusion étroite pour la production d’électricité au gaz naturel, selon un ensemble de critères, notamment qu’il n’y a pas d’autre solution renouvelable viable et que cette production remplace une autre source à plus forte émission.

La politique fédérale s’applique aux ministères, organismes et sociétés d’État fédéraux et ne couvre pas les projets nationaux ni les subventions aux entreprises nationales.

Le ministère fédéral des Ressources naturelles affirme que le gouvernement a l’intention d’«éliminer les subventions inefficaces aux énergies fossiles au pays» et s’engage à «abolir d’autres importantes subventions aux énergies fossiles au début de 2023».

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.