Ottawa ne fait pas preuve de rigueur budgétaire dans son énoncé économique dit le DPB

OTTAWA — Le directeur parlementaire du budget (DPB), Yves Giroux, a déclaré lundi aux députés que le gouvernement fédéral n’avait pas fait preuve de rigueur budgétaire dans son récent énoncé économique de l’automne.

Lors d’une réunion du comité des Finances de la Chambre des communes, M. Giroux a indiqué que le gouvernement fédéral dépensait une part importante de la nouvelle marge de manœuvre budgétaire avec laquelle il s’est retrouvé cette année, et que cela ne lui permet pas d’agir rapidement advenant un problème. 

Lorsqu’elle a présenté la mise à jour au début du mois, la ministre des Finances Chrystia Freeland a assuré que le gouvernement allait investir dans les mois à venir dans l’économie canadienne et être présent pour les Canadiens qui en ont le plus besoin «parce que nous étions responsables en avril».

L’inflation élevée et la reprise économique post-COVID-19 ont stimulé les recettes publiques, ce qui a entraîné un déficit fédéral inférieur aux prévisions pour l’année.

Mais les libéraux ont prévu 52,2 milliards $ de nouvelles dépenses sur les 81,2 milliards $ de nouvelle marge budgétaire depuis leur budget du printemps, a expliqué M. Giroux, affirmant que cela n’implique pas de restriction budgétaire.

M. Giroux a également soulevé la question de la transparence des finances gouvernementales, citant 14,2 milliards $ de nouvelles mesures pour lesquelles le gouvernement n’a pas fourni de détails précis.

Le comité des Finances étudie présentement un projet de loi libéral qui concrétise les promesses du mini-budget de novembre. Il s’agit notamment de nouvelles mesures visant à stimuler les investissements dans les énergies propres et à aider les Canadiens qui ont du mal à faire face à l’augmentation du coût de la vie.

La mise à jour financière a également brossé un tableau sombre de l’avenir financier du Canada, mettant en garde contre un risque de récession malgré la projection d’un possible excédent budgétaire dans cinq ans.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.