Ottawa pourrait imposer des mesures spéciales aux voyageurs en provenance de l’Inde

OTTAWA — Les autorités canadiennes de santé publique annoncent que le gouvernement surveille étroitement l’arrivée de vols en provenance de l’Inde alors qu’une vague massive de nouveaux cas de COVID-19 déferle sur le pays.

L’administratrice en chef de la santé publique du Canada, Dre Theresa Tam, reconnaît qu’Ottawa a jusqu’ici préféré une approche globale et non spécifique à un ou des pays en particulier. Tous les voyageurs doivent notamment se soumettre à un test de dépistage avant leur embarquement, puis à l’arrivée au Canada, en plus de devoir obligatoirement se placer en isolement.

Dre Tam a cependant ouvert la porte à la possibilité que l’Inde fasse l’objet d’une exception à cette règle en raison d’un variant inquiétant qui pourrait expliquer l’explosion de cas dans cet État du sud de l’Asie.

Mercredi seulement, l’Inde a rapporté 300 000 nouveaux cas de COVID-19 sur son territoire ainsi que 2000 décès supplémentaires liés à la pandémie.

«Nous allons faire une analyse plus approfondie parce que c’est une situation émergente, pas seulement à cause du variant d’intérêt à ce moment, mais parce qu’ils ont malheureusement une résurgence très massive dans ce pays», a-t-elle déclaré.

«Nous procéderons à nouveau à cette évaluation des risques et nous utiliserons les données que nous avons maintenant collectées à la frontière pour éclairer nos prochaines étapes.»

Selon les données du gouvernement fédéral, 35 vols en provenance de l’Inde ont atterri au Canada au cours des deux dernières semaines avec au moins un cas de COVID-19 à bord.

En Ontario, le gouvernement de Doug Ford plaide en faveur d’une interdiction des vols en provenance de ce pays et d’autres endroits identifiés comme d’importants foyers d’éclosions.

Le Québec a recensé mercredi un cas du variant B1.617 d’abord observé en Inde. Il s’agit d’un premier cas associé au variant indien au Québec, et il a été identifié en Mauricie et Centre-du-Québec.

«Il n’est actuellement pas sous surveillance rehaussée, car il ne présente pas d’impact épidémiologique ou clinique démontré», a indiqué par courriel le ministère de la Santé et des Services sociaux.

«Comme tous les autres variants, il demeure sous le radar du Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ).»

Le Canada a restreint les voyages en provenance de certains pays au cours de la pandémie.

Fin décembre, le gouvernement a interdit les vols en provenance du Royaume-Uni dans le but d’empêcher la propagation d’un variant plus contagieux du virus qui y était apparu pour la première fois.

L’interdiction a duré jusqu’au début de janvier et, finalement, le variant B.1.1.7 s’est installé au Canada. Il demeure de loin le variant le plus présent au pays.

Mardi, le gouvernement fédéral signalait 67 417 cas de COVID-19 impliquant ce variant d’abord observé au Royaume-Uni.

Laisser un commentaire

Sérieusement, ils attendent quoi au gouvernement fédéral? Ils n’ont pas le loisir « d’étudier » la question, c’est maintenant qu’il faut interdire les vols en provenance de l’Inde, Pakistan, Philippines

Répondre