Ottawa pressé d’agir pour les familles qui ont aidé Edward Snowden à Hong Kong

MONTRÉAL – Les avocats canadiens des trois familles qui ont aidé le lanceur d’alerte Edward Snowden lors de son passage à Hong Kong demandent au ministre fédéral de l’Immigration de les accueillir au pays à titre exceptionnel, le temps que leur demande de statut de réfugié soit étudiée.

Les avocats avaient convoqué la presse le 9 mars pour alerter l’opinion publique et demander au gouvernement canadien d’accueillir ces familles à titre de réfugiés.

Or, les autorités de Hong Kong chercheraient depuis à accélérer les procédures d’extradition afin de renvoyer les membres de ces familles dans leur pays d’origine — au Sri Lanka et aux Philippines.

Lors d’une nouvelle conférence de presse à Montréal, mercredi, les avocats canadiens ont demandé à Ottawa d’accélérer les procédures, et même d’accueillir immédiatement ces familles à titre exceptionnel, en attendant que leur demande soit étudiée.

Les avocats disent avoir déposé auprès des autorités fédérales en janvier tous les documents en appui à leur demande de statut de réfugié, mais selon l’avocat Marc-André Séguin, c’est le silence radio depuis ce temps.

Me Séguin craint que les trois familles soient déportées dans leur pays d’origine d’ici quelques semaines.

«Il y a situation d’urgence», a-t-il soutenu. «Le ministre (fédéral de l’Immigration, Ahmed Hussen) est au courant de la situation, de la demande, nous avons expliqué qu’il y avait urgence (…) C’est maintenant à Ottawa d’agir.»

Les autorités de l’immigration à Hong Kong tentent d’expulser les trois familles pour les renvoyer dans leur pays d’origine où elles seront «appréhendés, torturés ou tués», a fait valoir Me Séguin en conférence de presse.

L’avocat a souligné que les craintes étaient fondées et qu’il y avait des informations fiables selon lesquelles des responsables sri-lankais étaient actifs sur le territoire de Hong Kong pour rechercher certains des sept membres des familles.

L’une de ces personnes, Vanessa Rodel, a affirmé aux journalistes sur Skype qu’elle craignait pour sa sécurité et celle de sa fille de cinq ans si elles devaient être renvoyées aux Philippines.

«J’espère aussi que le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, ouvrira son coeur pour accepter notre demande d’être envoyées au Canada», a-t-elle affirmé.

M. Snowden avait d’abord trouvé refuge à Hong Kong pour éviter d’être traduit en justice relativement à la fuite d’informations classifiées sur les programmes de surveillance du gouvernement américain. Il a été accusé d’espionnage aux États-Unis, où il pourrait être passible de 30 ans de prison. Il est présentement en exil en Russie.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie