Ottawa propose l’île d’Anticosti pour la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO

OTTAWA — Le gouvernement ajoute l’île d’Anticosti à la liste des endroits proposés comme sites du patrimoine mondial de l’UNESCO au Canada, au grand ravissement du maire de ce joyau naturel.

La ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, en a fait l’annonce mercredi.

Le critère de sélection de sites du patrimoine mondial qui soutient le mieux la candidature de l’île d’Anticosti est la présence de fossiles, précise-t-on sur le site internet de Parcs Canada.

Ces «fossiles exceptionnels de la période se situant entre l’Ordovicien supérieur et le Silurien inférieur» n’ont «aucun équivalent ailleurs sur la planète», est-il écrit.

«Cette période représente un jalon important dans l’histoire de la Terre, à savoir la première extinction massive de vie animale à l’échelle mondiale», selon Parcs Canada.

Le gouvernement du Québec «accélérera les démarches» afin de protéger l’île d’Anticosti et sa réserve de biodiversité, et s’engage également à collaborer avec la municipalité pour préparer un dossier de nomination à soumettre par le Canada au Comité du patrimoine mondial en vertu de la Convention de l’UNESCO, a indiqué le gouvernement par communiqué.

Ce choix a évidemment ravi le maire de l’île située dans le golfe du Saint-Laurent, où résident quelque 200 personnes de façon permanente.

«Nous sommes tellement fiers et surtout reconnaissants», a réagi John Pineault, mercredi.

Selon M. Pineault, cette inscription sur la liste signifie que la municipalité «ne s’est pas trompée, il y a deux ans, en voulant mettre fin à l’exploration et la production du pétrole sur l’île d’Anticosti».

«Je pense que ça prouve que le lieu est quand même unique et mérite vraiment d’être au patrimoine mondial», a dit le maire en entrevue téléphonique, ajoutant avoir l’objectif de mettre un dossier en forme dans les deux prochaines années.

«Du côté plus pratique, on a dit que les gens d’Anticosti avaient toujours vécu avec un tourisme d’une manière ou l’autre, la chasse, la pêche, la villégiature, et si on avait les outils en main pour mieux développer ce secteur-là, ça nous permettrait de vivre d’une façon soutenable. On est dans ce processus-là», a affirmé le maire.

Il a remercié au nom de ses concitoyens tous ceux qui ont donné temps et énergie «pour que le monde entier puisse connaître notre île et ses caractéristiques exceptionnelles».

Au total, huit lieux naturels situés aux quatre coins du pays ont été ajoutés à la Liste indicative des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO au Canada.

Le gouvernement a sélectionné ces endroits à l’issue d’une consultation menée auprès des Canadiens, qui ont fourni 42 demandes pour inscrire des sites à cette prestigieuse liste.

Les demandes ont ensuite été examinées par un comité consultatif ministériel composé de sept experts issus de divers horizons.

La ministre McKenna s’est réjouie de l’ajout des huit sites qui ont été sélectionnés à l’issue du processus, déclarant par communiqué qu’ils «mettront le Canada en vedette au reste du monde entier».

«Ces trésors nationaux représentent ce que le Canada a de mieux à offrir parmi ses merveilles naturelles et son patrimoine maritime, y compris ses terres et cultures autochtones», a-t-elle soutenu.

Actuellement, deux des dix-huit sites du patrimoine mondial du Canada se trouvent au Québec, soit le parc national de Miguasha et l’arrondissement historique du Vieux-Québec, a rappelé le gouvernement.

L’annonce de mercredi marque une première mise à jour de la Liste indicative des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO au Canada depuis 2004.

Les huit lieux ajoutés à la Liste indicative des sites du patrimoine mondial au Canada:

— les récifs d’éponges siliceuses du détroit d’Hécate et du bassin de la Reine-Charlotte (Colombie-Britannique)

— la vallée Stein (Colombie-Britannique)

— le parc patrimonial Wanuskewin (Saskatchewan)

— l’île d’Anticosti (Québec)

— le lieu historique provincial du poste du câble de Heart’s Content (Terre-Neuve et Labrador)

— Qajartalik (Nunavut)

— le parc national Sirmilik et l’aire marine nationale de conservation proposée du Tallurutiup Imanga/Détroit-de-Lancaster (Nunavut)

— les bancs de glace du Yukon (Yukon)

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie