Ottawa s’engage résolument mais avec prudence dans l’infonuagique

OTTAWA – Même si l’adage veut que les nuages ne connaissent pas les frontières, le projet du gouvernement fédéral en matière d’infonuagique stipule clairement que les renseignements les plus sensibles colligés par Ottawa devront demeurer au pays.

La Stratégie fédérale d’adoption de l’informatique en nuage, publiée pour consultations vendredi dernier, prévoit que seuls les renseignements jugés «non confidentiels» pourraient être stockés dans des mégaserveurs à l’étranger. Et lorsque ces renseignements traverseront les frontières, ils devront être «chiffrés de façon appropriée», prévoit la stratégie fédérale, en chantier depuis plus d’un an.

Les renseignements dits «sensibles», comme les numéros d’assurance sociale des citoyens ou les documents ultrasecrets du gouvernement, seront quant à eux entreposés sur des serveurs situés au pays, précise-t-on, «afin d’assurer le contrôle souverain du Canada à l’égard de ses données».

Le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada achète déjà de l’espace nuagique pour ranger des renseignements non confidentiels, indique-t-on. D’ici un an, l’agence Services partagés Canada devrait avoir acheté davantage encore d’espace nuagique pour des données un peu plus «sensibles» — mais pas pour des renseignements confidentiels, secrets ou ultrasecrets.

La stratégie fédérale est le fruit de consultations menées depuis plus de deux ans, notamment auprès des gouvernements provinciaux et de l’industrie. Ottawa tente depuis des années d’accroître son recours à l’infonuagique, notamment pour réduire ses coûts en matière de centres de données et de systèmes informatiques.

L’infonuagique permet aux gouvernements, aux entreprises ou aux particuliers de louer de l’espace dans les systèmes informatiques de grandes sociétés, comme Microsoft, Google ou Amazon, plutôt que d’investir dans des infrastructures comme d’immenses serveurs.

Ainsi, le gouvernement canadien ne paiera que pour ce qu’il utilise — comme le gaz, l’eau ou l’électricité, illustre-t-on à Ottawa.

Les ministères et agences devront déterminer ce qui devra être stocké dans chacun des nuages — nuages publics sécurisés, nuages privés, ou systèmes actuels. Un «Guide de sélection du nuage approprié» a été publié à cette fin par le Conseil du Trésor.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie