Ottawa tente de rebâtir les capacités locales de production de médicaments

OTTAWA — Depuis le début de la pandémie, le gouvernement fédéral promet de reconstruire les capacités perdues de développement au Canada de vaccins et de médicaments.

Mardi, le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, François-Philippe Champagne, a ainsi annoncé une aide financière à trois entreprises, dont deux situées au Québec. Et il assure qu’il ne s’arrêtera pas là.

L’aide fédérale s’élève à 100 millions $ pour Novocol Pharmaceutical of Canada, Immune Biosolutions et Laboratoires KABS inc.

«Vous en voyez trois, mais je peux vous dire qu’on en regarde plusieurs autres, partout au pays, pour reconstruire l’écosystème», a déclaré le ministre Champagne, en conférence de presse, mardi après-midi.

Laboratoires KABS pourra agrandir son installation de Saint-Hubert et en construire une nouvelle à Val-des-Sources, grâce aux 54 millions $ d’Ottawa. Ceci devrait permettre à l’entreprise d’augmenter sa production pour atteindre 30 millions de flacons par année.

Pour sa part, l’entreprise Immune Biosolutions, qui est située à Sherbrooke, utilisera les 13 millions $ accordés pour continuer à développer un médicament qui soigne les personnes atteintes de la COVID-19. L’aide fédérale servira à passer des études précliniques aux essais cliniques de phase II.

Les défis de l’industrie pharmaceutique sont multiples au Canada où le nombre d’habitants n’assure pas un important rendement sur l’investissement en recherche pour développer et produire des médicaments ou des vaccins.

Certaines entreprises réclament donc une aide soutenue du gouvernement fédéral, incluant des règles d’impôts qui leur seraient favorables.

«Nous renversons un courant qui a commencé, quoi, dans les années 1980? Ce que je leur dis, c’est posons des gestes stratégiques immédiats, avec une vision à long terme», a proposé le ministre Champagne, qui s’est dit surtout concentré sur la lutte à la pandémie de COVID-19 pour le moment.

Laisser un commentaire