Ottawa verse directement les fonds de la taxe carbone aux écoles du Manitoba

Ottawa contourne le gouvernement du Manitoba afin de verser 5,4 millions de dollars récoltés par la taxe sur le carbone directement aux écoles de la province. Il s’agit d’une nouvelle étape de la confrontation entre les libéraux fédéraux et les conservateurs de la province au sujet de la fameuse taxe sur le carbone.

Le mois dernier, le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a refusé de jouer le jeu et d’aider le fédéral à distribuer les recettes de la taxe pour que les écoles puissent procéder à des améliorations dans le but d’améliorer leur efficacité énergétique.

La part du Manitoba provient du fonds de 60 millions de dollars rendu disponible cette année pour les écoles des quatre provinces touchées par la taxe: l’Ontario, le Manitoba, la Saskatchewan et le Nouveau-Brunswick.

Bien que ces quatre gouvernements contestent la taxe devant les tribunaux, seul le Manitoba avait refusé de collaborer avec le fédéral pour remettre les fonds à leurs écoles.

Ottawa s’attend à récolter environ 2,3 milliards de dollars cette année grâce à la taxe de 20 dollars qu’elle applique aux carburants pour chaque tonne de gaz à effet de serre produite par leur combustion. Une part de 90 pour cent des fonds amassés est reversée aux ménages canadiens sous forme de réductions de l’impôt sur le revenu. Le reste est réservé pour soutenir les petites entreprises, les écoles, les universités, les hôpitaux, les municipalités et les communautés autochtones.

Alan Campbell, président de l’Association des commissions scolaires du Manitoba, affirme avoir senti le besoin d’intervenir lorsqu’il a entendu la ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, suggérer que les fonds alloués aux écoles du Manitoba pourraient plutôt être versés aux municipalités, aux hôpitaux et aux universités.

Il a déclaré que les dépenses des commissions scolaires avaient augmenté en raison de la taxe sur le carbone, notamment pour le chauffage des bâtiments scolaires, dont certains sont centenaires, et pour le transport par autobus.

Les plus populaires