Ottawa veut promouvoir l’allocation pour enfants auprès des Autochtones

OTTAWA — Une augmentation prévue de l’Allocation canadienne pour enfants échappera à un peu plus du cinquième des familles autochtones vivant dans les réserves, qui font partie des cinq pour cent des familles du pays qui ne reçoivent pas les paiements mensuels.

Les responsables fédéraux prévoient se rendre dans plus de 500 communautés autochtones rurales et isolées au cours des 11 prochains mois pour inciter davantage de personnes à profiter de ces prestations en produisant une déclaration d’impôts.

La valeur de ce montant non imposable est basée sur le revenu tiré des déclarations de revenus annuelles.

Des documents gouvernementaux obtenus par La Presse canadienne en vertu de la Loi sur l’accès à l’information démontrent qu’au cours de la première année d’un plan de sensibilisation triennal, les responsables ont parcouru 613 communautés autochtones, dont 62 pour cent n’avaient jamais été visitées par Emploi et Développement social Canada (EDSC).

Le ministre du Développement social, Jean-Yves Duclos, demeure inquiet du nombre de personnes qui ne bénéficient pas de la prestation.

Il y a donc beaucoup de travail à faire, même si certains progrès ont été accomplis, a-t-il soutenu.

La valeur de la prestation augmentera cet été pour la deuxième année consécutive dans le cadre d’un plan annoncé par les libéraux à l’automne 2017, visant à ajuster les montants au taux d’inflation.

À compter du 20 juillet, le paiement maximal sera de 6639 $ pour chaque enfant âgé de cinq ans ou moins, et de 5602 $ pour les autres âgés de six à dix-sept ans.

Il est largement reconnu que les allocations familiales ont permis de retirer quelque 278 000 enfants de la pauvreté, notamment grâce aux bonnes conditions économiques.

M. Duclos n’a pu dire combien d’enfants supplémentaires pourraient être élevés au-dessus du seuil de pauvreté officiel avec cette allocation indexée. Les chiffres de 2019 ne seront pas disponibles avant 2021.

Les plus populaires