Ouragan en Floride: Joe Biden se concentre sur les victimes, et non sur la politique

WASHINGTON — Le président des États-Unis Joe Biden se rendra en Floride, ravagée par l’ouragan, avec la promesse que les gouvernements fédéral, régional et local travailleront ensemble pour aider à reconstruire les maisons, les entreprises et les vies – mettant la politique en sourdine pour l’instant afin de se concentrer sur les personnes dans le besoin.

L’ouragan Ian a fait au moins 84 morts confirmés, dont 75 en Floride, alors que des centaines de milliers de personnes attendent que le courant soit rétabli. M. Biden prévoyait de rencontrer mercredi des résidents et des propriétaires de petites entreprises à Fort Myers, en Floride, et de remercier les responsables gouvernementaux qui ont fourni une aide d’urgence et enlevé les débris.

À un mois des élections de mi-mandat, la crise avait le potentiel de rassembler des rivaux politiques autour d’une cause commune, du moins pour un temps. Les vents de plus de 200km/h d’Ian et la violente onde de tempête de la semaine dernière ont coupé l’électricité à 2,6 millions de personnes en Floride. Beaucoup de Floridiens n’ont pas accès à la nourriture et à l’eau.

M. Biden sera accompagné en Floride de deux de ses plus grands opposants républicains : le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, et le sénateur Rick Scott, selon la Maison-Blanche et le porte-parole de M. Scott. L’attachée de presse de la Maison-Blanche, Karine Jean-Pierre, a suggéré mardi qu’il serait inapproprié pour eux de se concentrer sur les différences politiques.

«Il y aura beaucoup de temps, beaucoup de temps, pour discuter des différences entre le président et le gouverneur – mais ce n’est pas le moment», a déclaré Mme Jean-Pierre aux journalistes lors d’une séance d’informations à la Maison-Blanche. «Lorsqu’il s’agit de livrer et de s’assurer que les habitants de la Floride ont ce dont ils ont besoin, en particulier après l’ouragan Ian, nous ne faisons qu’un. Nous travaillons à l’unisson.»

M. Biden attend généralement de se rendre sur les lieux d’une catastrophe naturelle, pour s’assurer que sa présence et la flotte de véhicules qui l’accompagnent n’entraveront pas les efforts de sauvetage.

Avant que la tempête ne frappe, le président avait prévu de visiter les villes d’Orlando et de Fort Lauderdale en Floride la semaine dernière, où il prévoyait de souligner ses efforts pour renforcer les programmes de Social Security et de Medicaid. Joe Biden a accusé M. Scott de vouloir mettre fin aux deux programmes en proposant que les lois fédérales expirent tous les cinq ans, bien que le sénateur de Floride ait déclaré vouloir préserver les programmes.

MM. Biden et DeSantis ont eu une multitude de différences ces dernières années sur la façon de lutter contre la COVID-19, la politique d’immigration et plus encore. Ces dernières semaines, ils se sont disputés sur la décision du gouverneur de mettre des migrants dans des avions ou des bus vers les bastions démocrates, une pratique que M. Biden a qualifiée «d’imprudente».

Partisanerie mise de côté

L’ouragan a changé le but et le ton du premier voyage de M. Biden en Floride cette année.

M. DeSantis a confirmé mardi qu’il rencontrerait Joe Biden dans la zone des ouragans et il a félicité l’Agence fédérale de gestion des urgences (FEMA) de l’administration pour avoir déclaré une urgence avant que Ian ne touche terre.

«C’était énorme parce que tout le monde était à toute vitesse. Ils savaient qu’ils avaient la capacité de le faire, a déclaré le gouverneur DeSantis. Nous l’apprécions. Je pense que la FEMA a très bien travaillé avec l’État et les autorités locales.»

Le message d’unité bipartite de la Maison-Blanche marque une différence avec le prédécesseur de M. Biden, Donald Trump, qui a parfois menacé de suspendre l’aide aux responsables démocrates qui le critiquaient, y compris les gouverneurs Gavin Newsom de la Californie et Andrew Cuomo de New York. À d’autres moments, M. Trump est apparu insensible ou maladroit dans sa réponse à la souffrance des gens.

Donald Trump a menacé de retenir l’argent fédéral de la Californie après les feux de forêt, affirmant que ses responsables de l’État étaient à blâmer pour les incendies meurtriers. Il a écrit sur Twitter en 2018 : «Des milliards de dollars sont donnés chaque année, avec tant de vies perdues, tout cela à cause d’une mauvaise gestion flagrante des forêts. Remédiez maintenant, ou plus de paiements de la Fed!»

Les réponses des politiciens aux catastrophes naturelles ont le pouvoir de faire ou de défaire des carrières politiques.

En tant que gouverneur de la Floride pendant huit ans, Jeb Bush a maintenu une réponse constante à un défilé d’ouragans et a été récompensé par des cotes d’approbation extrêmement élevées. La réponse plus mitigée du président George W. Bush et des législateurs de la Louisiane à l’ouragan Katrina en 2005 pèse toujours sur leur héritage.

L’ancien gouverneur du New Jersey, Chris Christie, le républicain qui a accueilli le président Barack Obama dans son État pour enquêter sur les dégâts causés par l’ouragan Sandy quelques jours avant les élections générales de 2012, a déclaré que lors de catastrophes naturelles, «la meilleure stratégie politique est de n’avoir aucune stratégie politique, de faire votre travail.»

M. Christie a fini par être la cible de certains membres de son propre parti qui pensaient que son accueil chaleureux pour Barack Obama avait contribué à la réélection du démocrate, mais il n’a aucun regret.

«Au fond, c’est pour cela que le gouvernement est là, c’est pour protéger la sécurité et le bien-être de la population, a soutenu M. Christie dans une entrevue mardi. La seule chose qui devrait être dans l’esprit du président, dans l’esprit du gouverneur DeSantis, dans l’esprit (du sénateur) Marco Rubio, c’est la tourmente et la tragédie qui ont touché la vie des gens et comment nous pouvons l’améliorer.»

M. Christie a souligné que les comparaisons avec l’ouragan Sandy ne sont pas exactes – M. Biden est à deux ans d’être candidat lui-même, et M. DeSantis est à des semaines, et non à des jours, de faire face aux électeurs dans sa tentative de réélection. M. Christie est d’avis que toute tentative de marquer des points politiques sera réprimandée au moment d’allers aux urnes.

Il a dit qu’il ne s’agit pas de «jouer à des jeux». C’est une période particulière et il estime que les gens comprendront. Selon lui, les électeurs ne veulent pas de partisanerie dans ces moments, et pénaliseront les politiciens pour cela. 

___

Avec la collaboration de Zeke Miller, Seung Min Kim et Brendan Farrington. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.