Ouvert ou fermé? Liste des restrictions dans les provinces et territoires

Alors que le Québec et l’Ontario ferment tous les commerces non essentiels pour limiter la propagation de la COVID-19, certaines provinces refusent d’aller aussi loin. Voici où en sont les différentes régions quant aux fermetures des services, des commerces et les directives concernant les rassemblements.

—–

QUÉBEC

Le premier ministre François Legault a annoncé que les entreprises et tous les commerces qui ne sont pas essentiels devront être fermés dès mardi à minuit, et ce, jusqu’au 13 avril.

La veille, Québec avait annoncé la fermeture des centres commerciaux, des salons de coiffure, d’esthétique et de soins personnels, ainsi que les salles de restaurants jusqu’au 1er mai. Dans le domaine de la restauration, M. Legault a dit lundi que ce serait une «bonne idée» que les services de livraison ou les mets pour emporter soient encore permis.

La Société des alcools du Québec (SAQ) a confirmé lundi que ses succursales demeureront ouvertes, mais qu’il faudra limiter le nombre de personnes de manière à respecter la distanciation sociale.

La période de fermeture des écoles et des services de garde non essentiels est aussi prolongée jusqu’au 1er mai.

Québec interdit aussi tous les rassemblements intérieurs et extérieurs, à quelques exceptions près (épiceries, transports en commun, milieux de travail non visés par une interdiction). Une distance minimale de deux mètres est requise entre les individus. La province est en état d’urgence sanitaire jusqu’au 29 mars.

ONTARIO

L’Ontario a annoncé en simultané avec le Québec que tous les commerces non essentiels devaient fermer d’ici mardi minuit pour au moins 14 jours. La liste des commerces spécifiques sera disponible mardi.

Le premier ministre Doug Ford a précisé que la population aurait accès à de la nourriture, à des médicaments et autres produits essentiels.

L’Ontario avait déjà ordonné la fermeture de tous les bars et restaurants — sauf pour les plats à emporter et la livraison à domicile. Les bibliothèques publiques, écoles privées, garderies agréées, cinémas, théâtres et toutes les salles de concert sont aussi fermées. Les magasins LCBO, les Beer Stores et boutiques de cannabis sont actuellement ouverts, mais avec des heures réduites.

Toutes les écoles publiques de la province ont reçu l’ordre de rester fermées jusqu’au 5 avril 2020, mais M. Ford estime qu’il n’est pas «réaliste» de croire que les enfants reviendront à l’école le 6 avril.

Tous les événements publics de plus de 50 personnes sont interdits, y compris les défilés, les événements et les services communautaires dans les lieux de culte. La Police provinciale de l’Ontario pourrait distribuer des amendes salées à quiconque ne s’y conforme pas. La province a déclaré l’état d’urgence.

Lundi, la Ville de Toronto a déclaré son propre état d’urgence alors que certains citoyens ignorent les avertissements de la santé publique.

ATLANTIQUE

Toutes les provinces ont déclaré l’état d’urgence sanitaire et certaines ont commencé à resserrer leurs frontières au sein même du pays.

Terre-Neuve-et-Labrador, l’Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse demandent à quiconque a voyagé à l’étranger, aux États-Unis et ailleurs au Canada de s’isoler pendant 14 jours. Le Nouveau-Brunswick se penche présentement sur un plan pour resserrer ses frontières et fera le point mardi à ce sujet.

La Nouvelle-Écosse limite les rassemblements à cinq personnes au maximum et les contrevenants seront mis à l’amende. Les services essentiels, comme les épiceries et les pharmacies, sont exemptés de ces mesures. Les centres d’achats et autres commerces non essentiels peuvent continuer leurs activités, en autant que les clients maintiennent une distance de deux mètres entre eux.

Le Nouveau-Brunswick limite les rassemblements de plus de 10 personnes. Pour l’instant, il n’est pas question de fermer tous les commerces non essentiels. Le premier ministre Blaine Higgs aimerait obtenir des mesures plus claires de la part du fédéral.

Terre-Neuve-et-Labrador interdit dorénavant les rassemblements de plus de 10 personnes. Lundi, les autorités ont ordonné la fermeture de davantage de commerces — comme les commerces de détail, les spas, les salons de coiffure et d’esthétique.

L’Île-du-Prince-Édouard recommande d’éviter les rassemblements publics, sans mentionner de nombre maximum de personnes. Tous les commerces jugés non essentiels ont été fermés, y compris les succursales d’alcool et de cannabis — ce qui a provoqué une ruée dans les magasins.

PRAIRIES

Le Manitoba resserre à ton tour ses frontières et exige l’isolement pendant 14 jours, même après avoir voyagé au pays.

Le premier ministre Brian Pallister ne ferme pas non plus la porte à l’idée de suivre l’exemple du Québec ou de l’Ontario et d’ordonner la fermeture de tous les commerces non essentiels.

Son homologue albertain Jason Kenney croit que sa province a agi suffisamment tôt et s’est opposé à des mesures d’urgence imposées par Ottawa, qui n’ajouteraient que plus de «confusion», à son avis.

Tant le Manitoba que l’Alberta interdisent les rassemblements de plus de 50 personnes — y compris les mariages ou des funérailles. Les restaurants ont diminué de 50 % leur capacité assise pour un maximum de personnes à la fois dans leurs établissements.

Lundi, la Ville de Calgary a pris les devants pour éviter la propagation du virus en fermant tous ses terrains de jeu et en logeant les sans-abri sur son territoire dans des hôtels.

La Saskatchewan a annoncé lundi la fermeture des restaurants, cafétérias, cafés et bistros — exception faite pour les mets pour emporter, les commandes à l’auto et la livraison à des distances de deux mètres. Il en va de même pour les lieux de divertissement, les salons de coiffure, d’esthétique et de soins personnels.

La Saskatchewan interdit les rassemblements publics de plus de 25 personnes.

Le Manitoba, la Saskatchewan et l’Alberta ont déclaré l’état d’urgence dans leurs provinces respectives.

COLOMBIE-BRITANNIQUE

Pour le moment, la Colombie-Britannique n’a pas l’intention de suivre l’exemple du Québec ou de l’Ontario en ordonnant la fermeture de tous les commerces non essentiels.

La province demande d’annuler tous les rassemblements de plus de 50 personnes à l’intérieur ou à l’extérieur — exception faite pour les édifices, les moyens de transport, les épiceries et les centres d’achats.

Mais voyant que les citoyens ne respectent pas les consignes, la Ville de Vancouver a annoncé lundi qu’elle imposerait des amendes allant jusqu’à 50 000 $ aux entreprises qui ne respectent pas le principe de distanciation sociale de deux mètres entre les clients.

Les écoles de la province, elles, sont fermées jusqu’à nouvel ordre.

L’état d’urgence sanitaire a été décrété la semaine dernière en Colombie-Britannique.

TERRITOIRES

Les Territoires du Nord-Ouest ont fermé samedi leur frontière à tous les voyages non essentiels. Le Yukon «recommande fortement» la suspension de tous voyages non essentiels à l’intérieur et à l’extérieur du Yukon.

Le Nunavut est le seul territoire qui n’a pas encore de cas de la COVID-19 jusqu’ici et a annoncé des mesures «extraordinaires» pour limiter les déplacements sur le territoire.

À compter de mardi à minuit, seuls les résidants du Nunavut et les travailleurs essentiels auront la permission de revenir dans leur communauté. Il est à noter que seules les personnes asymptomatiques pourront revenir au Nunavut.

Les plus populaires