Actualités

Québec/Canada

Trafic de drogue: dix personnes ont été arrêtées dans la région de Victoriaville

VICTORIAVILLE, Qc – La police a procédé mercredi à une dizaine d’arrestations dans la région de Victoriaville en lien avec un réseau de trafic de stupéfiants. L’opération a mobilisé près de 70 membres de différents corps policiers. Les individus arrêtés seraient impliqués dans la production et le trafic de cannabis et de haschisch. Certains d’entre eux se seraient également adonnés au vol et au recel de véhicules. Les suspects doivent comparaître au palais de justice de Victoriaville pour faire face à des accusations de production de stupéfiants, de trafic de stupéfiants, de possession de stupéfiants en vue d’en faire le trafic et de complot.

Publicité
Québec/Canada

Suspension du service électronique à l’Agence du revenu du Canada

OTTAWA – Plus moyen pour les contribuables de produire leur déclaration d’impôt fédérale en ligne pour le moment: l’Agence du revenu du Canada (ARC) a suspendu temporairement l’accès à ses services par Internet, mercredi, en raison de craintes liées à la sécurité. L’Agence croit que le service pourra être rétabli en fin de semaine. Les Québécois peuvent toutefois produire dès maintenant leur déclaration provinciale en ligne, Revenu Québec ayant fait savoir mercredi que ses services ne sont pas affectés et fonctionnent normalement. L’Agence du revenu du Canada dit avoir été informée d’une vulnérabilité causée par un virus informatique baptisé «Heartbleed». L’ARC a donc temporairement suspendu tout accès public à ses services en ligne par mesure de précaution «afin de protéger l’intégrité des renseignements» qu’elle possède sur l’ensemble des contribuables canadiens. La ministre du Revenu national, Kerry-Lynne Findlay, a promis des mises à jour quotidiennes sur la situation à 15h, sur le site Web de l’agence. Elle n’a pas précisé si des informations déjà transmises par les contribuables, notamment leurs déclarations de revenus pour l’année 2013, ont été perdues ou volées. Des enquêtes sont toujours en cours pour vérifier si cela est le cas. «Par souci de prudence, l’Agence fédérale du revenu a fermé IMPONET, TED, Mon dossier, Mon dossier d’entreprise et Représenter un client, dans le but d’enquêter», a indiqué la ministre mercredi matin. «Manifestement, nous traitons des informations sensibles et très personnelles des contribuables à tous les jours alors nous voulons (…) nous assurer que nos systèmes fonctionnent et seront accessibles de nouveau dès que possible», a-t-elle ajouté. Plus tard mercredi, la ministre du Revenu national a confirmé que les intérêts et pénalités ne seront pas appliqués aux contribuables complétant leur déclaration de revenus 2013 après le 30 avril 2014, «pour une période équivalente au temps d’interruption du service», selon un courriel de l’ARC. Le gouvernement disait plus tôt envisager d’accorder à tous les citoyens un délai supplémentaire pour s’acquitter de leurs obligations fiscales. La ministre Findlay a voulu se faire rassurante. «Nous savons qu’il s’agit d’une période difficile, puisqu’il s’agit de la saison des impôts pour les Canadiens. Nous voulons leur assurer que nous avons agi rapidement. On est en contrôle de la situation. Nos experts en technologies de l’information ont travaillé toute la nuit sur ce problème et nous progressons», a-t-elle indiqué. Les autres ministères fédéraux sont en train d’évaluer si leurs sites ont été affectés par «Heartbleed». L’Agence du revenu promet d’étudier tout impact potentiel sur les renseignements des contribuables et ajoute qu’elle tiendra compte de cette interruption de service si elle devait avoir pour effet d’empêcher des contribuables de s’acquitter de leur obligation de produire une déclaration. Cet incident se produit en période de pointe à l’agence. Les contribuables doivent produire leur déclaration de revenus de 2013 d’ici la fin du mois. À la fin du mois de mars, 6,7 millions de déclarations avaient déjà été soumises à l’agence, dont 87 pour cent par Internet. L’opposition néo-démocrate à Ottawa n’a pas tardé à blâmer le gouvernement, l’accusant d’incompétence et lui reprochant de ne pas avoir su protéger les renseignements privés des Canadiens. Le chef néo-démocrate Thomas Mulcair y voit la preuve que les conservateurs ne se préoccupent pas du tout des services à la population. «Ce n’est pas une priorité pour eux, dit-il. C’est la dernière chose sur leur liste.» Peu impressionné par les efforts du gouvernement pour remédier au problème, M. Mulcair insiste qu’il aurait fallu faire preuve de prévention. «La chose qu’il fallait faire était d’en faire une priorité avant», tranche-t-il. Car la situation est sérieuse et plusieurs questions demeurent. «On se demande qui a été atteint par ça, s’inquiète le député Alexandre Boulerice. Les « hackers » ont eu accès à quel genre de documents? Pour combien de personnes? Quels sont les renseignements personnels qui ont été peut-être pris par ces gens-là?» Le virus informatique «Heartbleed» a été détecté dans la nuit du lundi 7 au mardi 8 avril par des chercheurs finlandais et une équipe de Google Security. Il s’agit d’une faille sur OpenSSL, un protocole servant à crypter le trafic Web et, par extension, à protéger les données des internautes comme les mots de passe et les numéros de cartes bancaires. Environ un demi-million de sites Internet ont été touchés. Une solution pour corriger la faille a été trouvée dès lundi soir et certains sites auraient été prévenus suffisamment tôt pour contrer le virus mais d’autres ont accusé un certain retard. Le député Boulerice est convaincu que l’ARC n’a pas agi assez rapidement et il en tient pour responsable le gouvernement Harper et ses compressions budgétaires. «Quand on ferme l’ensemble du système, c’est parce qu’on est déjà deux coups en retard. (…) Peut-être que les compressions dans les services publics, dans les ressources, qui ont été faites par le gouvernement conservateur de manière totalement irresponsable depuis trois ans, peut-être qu’on n’a pas été capable d’avoir les outils technologiques, justement, pour assurer la défense des gens», a-t-il supposé.

Québec/Canada

Laurentides: un homme a été blessé par balle dans son automobile, à Lachute

LACHUTE, Qc – Un jeune homme a été blessé par au moins un projectile d’arme à feu, tard mardi soir, lorsqu’il prenait place à bord d’une automobile à Lachute, dans les Laurentides. Selon les autorités, le véhicule de l’individu âgé de 23 ans était stationné face à un établissement de restauration rapide situé sur l’avenue Bethany, vers 22h20, lorsque la fusillade a éclaté. Le jeune homme aurait lui-même composé le 911 pour signaler qu’il venait d’être atteint. Cependant, à leur arrivée, les policiers ne l’ont pas trouvé; c’est un appel d’un citoyen qui l’a aperçu au sol, mal en point, qui a permis aux autorités d’assurer son transport en centre hospitalier. Le jeune homme souffre de blessures graves mais on le dit hors de danger. La police ne dispose que de très peu d’informations sur cette agression. Personne n’a été arrêté jusqu’ici. Peu après la fusillade, à environ deux kilomètres du lieu où elle s’est produite, un véhicule en flammes a été retrouvé. La Sûreté du Québec tente de savoir si un lien peut être établi entre les deux événements. (Collaboration Cogeco Nouvelles)

Québec/Canada

Deux autobus détruits dans l’incendie d’un garage de Rigaud, mardi soir

RIGAUD, – Un incendie a lourdement ravagé un garage servant à l’entretien d’autobus scolaires, mardi soir, à Rigaud, en Montérégie. Les flammes ont aussi détruit deux autobus scolaires qui étaient stationnés à l’intérieur du garage de la compagnie Autobus Campeau, situé sur la rue Agathe. On ignore toujours la cause de l’incendie qui a fait des dégâts importants mais aucun blessé. (Collaboration Cogeco Nouvelles)

Québec/Canada

Assermentation de Bruce Heyman, nouvel ambassadeur des USA au Canada

OTTAWA – Le nouvel ambassadeur des États-Unis au Canada, Bruce Heyman, a été assermenté mardi à Rideau Hall, la résidence d’Ottawa du gouverneur général. Le 26 mars dernier, il avait été assermenté une première fois pour ce poste, à Washington, par le vice-président des États-Unis, Joe Biden. Sa nomination avait été confirmée deux semaines plus tôt par le Sénat. Après la cérémonie, l’ambassadeur Heyman a dit à quel point les États-Unis étaient heureux que le Canada soit leur voisin, ami et allié. D’autre part, il a affirmé que la construction d’une économie solide ne devait pas se réaliser au détriment de la protection de l’environnement. Il a invité le Canada et les États-Unis à s’unir afin de réduire les effets des changements climatiques. Bruce Heyman devra faire face aux pressions du gouvernement du Canada qui veut inciter l’administration Obama à approuver la construction de l’oléoduc Keystone XL qui transporterait des sables bitumineux de l’Alberta vers les raffineries du golfe du Mexique. Bruce Heyman est un banquier de Chicago qui a oeuvré chez Goldman Sachs pendant plus de 30 ans. Il est bien connu pour son travail de financement au sein du Parti démocrate. Il remplace David Jacobson qui a quitté Ottawa il y a quelques mois.

Québec/Canada

Énergie: l’ancien premier ministre Brian Mulroney exige plus de leadership

OTTAWA – L’ancien premier ministre Brian Mulroney estime que le Canada doit faire preuve d’un leadership audacieux concernant le dossier des ressources énergétiques. Un plan doit aussi être mis en place pour travailler de pair avec les différents acteurs touchés par cette question. Lors d’un discours livré devant le groupe de réflexion Canada 2020, M. Mulroney a soutenu que la personne qui mènera de front ce dossier devra s’assurer de rassembler les forces en présence, sans se soucier des effets sur sa popularité. «Le leadership est un moyen, non seulement pour prévoir la nécessité d’un changement, mais aussi de faire le nécessaire pour que ce changement se produise. Le leadership ne consiste pas à imposer des idées impopulaires, mais plutôt de rendre des idées impopulaires acceptables pour la nation», a-t-il soutenu. Ces commentaires s’inscrivent dans un contexte particulier, alors qu’un important projet de pipeline fait face à une opposition soutenue de la part d’écologistes, de membres des Premières Nations et de plusieurs citoyens du pays. Certains observateurs ont critiqué le premier ministre Stephen Harper pour la manière dont il gère ses relations avec certains acteurs issus des groupes environnementaux, soutenant qu’il n’en fait pas assez pour répondre à leurs préoccupations. M. Mulroney a fait plusieurs suggestions aux élus, notamment de créer un bureau responsable de l’exploitation des ressources naturelles et la signature d’une entente avec les États-Unis concernant la réduction des émissions de carbone. «Je crois qu’un nouvel accord nord-américain sur ce type d’émission, à l’image de ce que nous avons fait pour combattre les pluies acides et nettoyer les Grands lacs, ce qui fût une grande réalisation sur le plan environnemental», a-t-il indiqué. Le nouvel ambassadeur du Canada à Washington, Bruce Heyman, a abondé dans le même sens. «Aujourd’hui, il est possible d’être pro-économie et pro-énergie, en plus d’avoir du respect pour l’environnement», a-t-il dit. Plusieurs personnalités ont assisté au discours de l’ancien premier ministre. Le ministre de la défense, Peter MacKay, le ministre des affaires étrangères, John Baird, et le ministre de l’immigration, Chris Alexander, étaient notamment dans l’assistance.

Publicité
Québec/Canada

Coupes budgétaires: les employés de CBC/Radio-Canada craignent le pire

TORONTO – Un dirigeant syndical de CBC/Radio-Canada affirme qu’une grande anxiété règne parmi les employés de la société d’État, qui craignent l’annonce imminente de nouvelles coupes dans le budget du diffuseur public. Marc-Philippe Laurin ne s’attend pas à recevoir de bonnes nouvelles au cours de la prochaine rencontre avec le président de la société, Hubert Lacroix. Jeudi, M. Lacroix devrait discuter avec les employés du budget 2014-2015 dans la foulée de la perte du lucratif contrat de télédiffusion de la Ligue nationale de hockey au profit de Rogers Media, en novembre. À partir de l’automne, le géant médiatique privé détiendra les droits nationaux de diffusion pour les 12 prochaines années et aura le contrôle de l’émission phare de CBC, «Hockey Night in Canada». Un accord parallèle autorise la CBC à continuer de diffuser le hockey le samedi soir, mais n’offre aucun revenu publicitaire à la société d’État. M. Laurin, président de la section CBC/Radio-Canada à la Guilde canadienne des médias, affirme que M. Lacroix a laissé entendre que des moments difficiles étaient à prévoir, et que les employés s’attendaient maintenant au pire. Un porte-parole de la société d’État, Chuck Thompson, a refusé de confirmer que des coupes seront bientôt annoncées. Il a seulement indiqué que la conférence de M. Lacroix porterait sur «les pressions financières auxquelles CBC/Radio-Canada fait face et la façon dont nous avancerons». M. Thompson a précisé que l’allocution de M. Lacroix serait suivie de deux autres rencontres, l’une pour le service français et l’autre pour le service anglais. Les employés craignent le pire, a dit M. Laurin, joint mardi à Gatineau. «Tout le monde est anxieux, ils sont inquiets, mais c’est dans l’ordre des choses pour le diffuseur public», a-t-il affirmé. «S’il va y avoir une autre ronde de coupes cette fois-ci, si c’est ce que nous allons nous faire annoncer, les gens se disent: « Mon Dieu, comment allons-nous pouvoir subir d’autres coupes, et où vont-ils pouvoir encore couper? »». M. Laurin a souligné que la perte de revenus liés au hockey s’ajoutait à de précédentes coupes qui continuent de faire sentir leurs effets. En 2012, les crédits gouvernementaux octroyés à CBC/Radio-Canada ont été coupés de 115 millions $ sur trois ans.

Québec/Canada

Les services d’urgence sont sur le qui-vive dans plusieurs régions

SAINT-CLET, Qc – La sécurité civile et les services d’urgence de plusieurs municipalités sont en état d’alerte, alors que la montée des eaux dans plusieurs secteurs menace de nombreuses résidences. Une centaine de maisons de la municipalité de Saint-Clet, en Montérégie, ont été évacuées d’urgence, mardi en début de soirée, en raison d’une montée soudaine des eaux. D’importantes accumulations d’eau ont été observées dans le coeur de la petite localité, après la fonte des neiges, les averses de pluie des dernières heures et des refoulements d’égout. Au nombre des lieux évacués, on compte un centre de la petite enfance (CPE). Les autorités affirment qu’il s’agit d’évacuations préventives, afin de s’assurer qu’il n’y ait aucun risque pour ces citoyens, a indiqué Christine Savard, directrice régionale de la Sécurité civile pour la Montérégie et l’Estrie Un centre d’hébergement était en train d’être mis en place en début de soirée afin de leur permettre de passer la nuit au chaud. La situation est aussi préoccupante à Carignan, alors qu’un embâcle s’est formé sur la rivière L’Acadie. Il y a des risques de débordements et des évacuations pourraient être menées au cours des prochaines heures. «L’alerte d’inondation est maintenue pour la rivière l’Acadie, mais aussi pour la rivière des Anglais, qui fait partie de la rivière Châteauguay», a soutenu Sophie Latreille, directrice générale d’Hydro Météo. À Brigham, un débordement de la rivière Yamaska a été observé, mais uniquement dans un secteur non-résidentiel. Certains chemins sont non-pratiquables dans la municipalité. En Estrie, les débits des rivières sont aussi à la hausse, en raison des températures clémentes. La rivière Saint-François, la rivière aux Saumons, la rivière Coaticook, la rivière Tomifobia, le ruisseau Castle et le ruisseau Bury sont sous haute surveillance. À Weedon, le débit de la rivière aux Saumons fait craindre des inondations, alors que les autorités prévoient que la quantité d’eau en circulation atteindra son niveau maximal pendant la nuit de mardi à mercredi. Le portrait des prochains jours risque de changer passablement, alors que l’eau s’écoule lentement en aval. «Les plus petits cours d’eau vont s’essouffler. Les niveaux d’eau vont continuer à augmenter dans les plus gros cours d’eau. On pourrait atteindre des seuils d’inondation mineur, mais il est difficile de dire dans quelle municipalité», a précisé Mme Latreille. Hydro Météo fait savoir que les risques d’embâcles sont élevés et que son organisation, de pair avec la Sécurité civile et les municipalités devront continuer d’être sur le qui-vive.

Québec/Canada

Transports Canada envisage d’augmenter les pouvoirs d’inspections des bagages

OTTAWA – Le gouvernement conservateur souhaite avoir l’avis des passagers aériens sur la possibilité d’autoriser les employés de la sécurité dans les aéroports à briser le verrou ou le sceau de leur bagage enregistré. Le ministère fédéral des Transports sollicite les opinions sur le projet d’accorder aux employés de la sécurité le pouvoir de briser le verrou ou le sceau — par exemple un emballage moulant de plastique — pour ouvrir un bagage enregistré verrouillé lorsque la technologie détecte quelque chose de préoccupant. L’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA) inspecte actuellement tous les bagages avant qu’ils ne soient disposés dans l’avion. Les employés de l’agence peuvent ouvrir des valises non verrouillées pour en examiner le contenu. Dans de tels cas, ils placent un avis écrit à l’intérieur du bagage du voyageur pour l’informer du fait qu’il y a eu inspection. Néanmoins, ces employés ne peuvent pas forcer l’ouverture d’une valise verrouillée. Ils doivent signaler tout problème au transporteur aérien, qui à son tour tente de retracer le passager concerné. Si celui-ci ne peut être joint, un employé du transporteur aérien peut briser le cadenas afin qu’un travailleur de la sécurité de l’aéroport puisse inspecter la valise. Les autorités peuvent aussi retenir le bagage à l’aéroport de départ jusqu’au retour du passager. Transports Canada, qui sollicite les commentaires du public jusqu’à lundi prochain, a affirmé que des experts de l’industrie s’attendaient à ce que les volumes de passagers au Canada continuent de croître chaque année, signifiant davantage d’inspections. La solution la plus efficace serait de permettre aux employés de la sécurité des aéroports de forcer l’ouverture d’une valise lorsqu’une inspection complète est requise, indique Transports Canada. L’avis de consultation précise que si l’ACSTA brise un verrou pour effectuer une fouille autorisée d’un bagage, «elle pourrait ne pas rembourser au passager le coût du verrou». La compagnie aérienne ne serait pas responsable légalement d’un verrou brisé si une autorité publique, comme l’ACSTA, l’a brisé dans l’exercice de ses obligations réglementaires, ajoute-t-on.

Québec/Canada

La dépression est vue comme une «inquiétude majeure» dans les Forces canadiennes

OTTAWA – Le médecin général des Forces canadiennes, Jean-Robert Bernier, a fait état de huit présumés suicides de militaires depuis le début de l’année, disant ne pas conclure avec certitude à une tendance soutenue. Le brigadier-général Bernier a témoigné devant un comité de la défense de la Chambre des communes, mardi, et a souligné que la dépression, particulièrement chez les hommes des Forces canadiennes, est deux fois plus présente que dans la population civile et représente une «inquiétude majeure». Environ 7,8 pour cent des militaires avaient signalé des épisodes de dépression avant la mission en Afghanistan, mais ces statistiques sont actuellement mises à jour, a-t-il ajouté. Des professionnels de la santé établissent un lien direct entre les cas de dépression et les suicides. La plupart de l’attention du public dans les suites de la mission canadienne en Afghanistan s’est attardée au stress post-traumatique, qui compte la dépression dans la constellation de ses symptômes. L’armée fait souvent valoir les ressources investies dans les soins contre le stress post-traumatique et les recherches, et avance que les taux de suicide sont inférieurs à la moyenne nationale. Mais elle peine à expliquer le nombre extraordinairement élevé de cas de dépression dans une profession jugée hautement stimulante. M. Bernier a indiqué que les données sur les présumés suicides ne sont pas définitives puisqu’elles n’ont pas encore été confirmées par un rapport du coroner. Depuis l’automne dernier, l’armée a vu un bond soudain dans le nombre de suicides de militaires. Malgré tout, M. Bernier a mentionné que le nombre total de présumés suicides dans les rangs des forces régulières et des réservistes en 2013 a été de 13 — un nombre inférieur à la moyenne des années précédentes.