Actualités

Publicité
Québec/Canada

Meurtre prémédité de Joleil Campeau: procès de l’accusé Éric Daudelin

LAVAL, Qc – Les premiers témoins au procès de l’homme accusé du meurtre prémédité de la fillette de 9 ans Joleil Campeau, commis il y a près de 19 ans, devraient être entendus ce lundi, au Palais de justice de Laval. Éric Daudelin est aussi accusé d’agression sexuelle et de séquestration. Il a plaidé non coupable à chacun des chefs d’accusation. Au cours des derniers jours, le jury de 6 hommes et 6 femmes a été constitué. Le procès de l’accusé devrait durer environ un mois. Joleil Campeau avait disparu le 12 juin 1995, dans le secteur Auteuil, à Laval. Quatre jours plus tard, son cadavre a été retrouvé près de chez elle. Ce n’est que 16 ans plus tard, en juin 2011, qu’Éric Daudelin a été arrêté à Montréal. Note to readers: retrait de le mention d’antécédents de l’accusé, 5e paragraphe

Québec/Canada

Incendie majeur à Montréal: un père et sa fille de douze ans ont été blessés

MONTRÉAL – Un violent incendie a éclaté dans un immeuble à logements de Montréal, en début de nuit, faisant deux blessés, dont un enfant. À l’arrivée des pompiers, l’incendie était déjà très violent et visible d’une bonne distance, ce qui a motivé les sapeurs à appeler des renforts. Alors qu’ils combattaient les flammes dans un logement, les pompiers ont retrouvé un homme inconscient et souffrant de plusieurs brûlures. La fille de de l’homme, âgée de 12 ans, a aussi été transportée à l’hôpital. Elle a pu évacuer l’appartement juste à temps, mais a inhalé de la fumée, selon Urgences-santé. Un peu avant 3 heures, les pompiers luttaient encore contre les flammes qui ravageaient toujours l’immeuble, situé à l’intersection des rues Sherbrooke et des Ormeaux. Ils peinaient à venir à bout du feu, alors que les flammes étaient confinées dans deux entretoits. De nombreuses personnes ont été évacuées dans un bloc adjaçant. «Dans aucun des logements, il n’y avait d’avertisseur de fumée fonctionnel. C’est une situation que nous déplorons», a déploré Martin Farmer, chef aux opérations du Service des incendies de Montréal.

Québec/Canada

Gatineau: des chevaux en cavale provoquent un accident et font deux blessés

GATINEAU, Qc – Sept chevaux se sont retrouvés en cavale dans un secteur de Gatineau avec une circulation dense, provoquant un grave accident et faisant deux blessés. Les autorités policières ont été informées de la présence de nombreux chevaux en liberté sur le boulevard Maloney, dimanche à 20 h 28. Deux minutes plus tard, un autre appel signalait aux policiers un accident impliquant une petite voiture et l’un des mammifères de forte taille. À bord de la voiture prenaient place un père de famille de 35 ans, ainsi que son fils de 2 ans. L’automobile a subi de graves dommages après un impact frontal avec la bête, mais les occupants s’en sont tirés avec des blessures mineures. Les deux passagers ont été transportés au centre hospitalier de Gatineau avec des blessures aux jambes ainsi qu’à la tête. Les autorités ne craignent pas pour leur vie. Les policiers ont contacté le propriétaire des chevaux, qui n’a pas été identifié, afin qu’il récupère ses animaux, a indiqué indiqué le lieutenant Jean-François Beauchamp du Service de police de Gatineau. Le corps policier enquête pour savoir comment les chevaux ont pu fuir leur enclos, situé non loin du boulevard Maloney, selon la police, et ainsi provoquer un accident et perturber la circulation d’un secteur de la quatrième plus grande ville du Québec. Un important dispositif policier a été mis en place pour sécuriser le secteur, a ajouté M. Beauchamp. «Le boulevard Maloney est une voie de circulation importante. Nos policiers ont effectué des bloquages de routes pour éviter qu’il y ait d’autres accidents», a-t-il indiqué à La Presse Canadienne, en marge des événements. «Nous enquêtons afin de savoir comment cela a pu se produire. Nous allons demander l’assistance des services aux animaux pour savoir si des règlements ont été enfreints. On ne parle pas d’accusations criminelles pour l’instant», a révélé M. Beauchamp.

Publicité
Québec/Canada

Le documentaire sur Marois disponible gratuitement pour les abonnés de Vidéotron

TROIS-RIVIÈRES, Qc – Alors que les interrogations sont nombreuses concernant l’indépendance que pourra conserver Québecor depuis l’entrée en politique active de Pierre Karl Péladeau, un documentaire flatteur sur Pauline Marois est offert gratuitement aux abonnés de Vidéotron — et Québecor Média n’a pas l’intention de le retirer des ondes. Le service Illico propose en effet le long métrage «La Première», qui suit la politicienne en plus de revenir sur son parcours, de la petite enfance jusqu’à son élection historique, le 4 septembre 2012. Le documentaire d’une durée de 44 minutes a été réalisé par le metteur en scène Yves Desgagnés, qui a offert des conseils à la première ministre lors de la dernière campagne et qui a repris du service pour celle qui bat actuellement son plein. Selon le vice-président aux Affaires publiques de Québecor Média, Martin Tremblay, l’acquisition de cette oeuvre a été faite il y a belle lurette, et Pierre Karl Péladeau n’a aucunement été impliqué dans ce choix. «M. Péladeau a fait une décision politique. Nous, on est en affaires», a résumé M. Tremblay en entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne. «Nous ne changerons pas notre façon de prendre nos décisions parce qu’il est en politique», a-t-il ajouté. Martin Tremblay a confirmé qu’il n’était pas question de retirer le documentaire. Vidéotron est une propriété de Québécor Média, l’empire médiatique dont Pierre Karl Péladeau est toujours le principal actionnaire. Le candidat de Saint-Jérôme a affirmé dimanche lors de l’annonce de sa candidature pour le Parti québécois (PQ) qu’il avait l’intention de placer ses actions dans une fiducie sans droit de regard. Certains, dont le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, estiment qu’il devrait tout vendre. En fait, le leader a carrément questionné l’indépendance et la partialité de l’entreprise médiatique lors d’un point de presse à Mont-Saint-Grégoire, en Montérégie, mais surtout en ce qui a trait à l’aspect journalistique. «Moi, ça m’inquiète beaucoup; ça m’inquiète beaucoup de savoir (si) la campagne électorale va pouvoir refléter les opinions de tous les partis politiques compte tenu du contrôle qu’a Pierre Karl Péladeau sur une bonne partie de l’information au Québec», a-t-il déclaré aux journalistes — dont certains représentants de l’entreprise médiatique en question.

Québec/Canada

Citations du dimanche 9 mars dans la campagne électorale

Voici quelques-unes des meilleures citations du dimanche 9 mars dans la campagne électorale au Québec: «Ce n’est pas tous les jours qu’on voit le dirigeant d’une grande entreprise choisir de s’investir dans le service public en mettant son talent, son expérience et son énergie au service de ses concitoyens.» – la chef du Parti québécois, Pauline Marois, se réjouissant de la candidat de l’homme d’affaires Pierre Karl Péladeau dans la circonscription de Saint-Jérôme —– «Jamais, jamais, un élu de Québec solidaire ne s’assoira à côté de Pierre Karl Péladeau.» – La porte-parole parlementaire de Québec solidaire, Françoise David, trouvant ironique l’arrivée de M. Péladeau au PQ après l’appel lancé aux progressistes-souverainistes lancé vendredi par Mme Marois. —– «Moi, ça m’inquiète beaucoup; ça m’inquiète beaucoup de savoir (si) la campagne électorale va pouvoir refléter les opinions de tous les partis politiques compte tenu du contrôle qu’a Pierre Karl Péladeau sur une bonne partie de l’information au Québec.» Le chef de la CAQ, François Legault, qui craint que la couverture des médias appartenant à Quebecor soit biaisée en faveur du PQ. —– «Les candidatures sont toutes bienvenues. C’est bien de se présenter en politique. Mais la candidature, quelle qu’elle soit, ne changera pas le débat. (…) Quelle que soit la candidature, cela ne change pas le message, cela ne change pas la question, jusqu’au 33e jour de la campagne.» – Le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, minimisant l’arrivée de M. Péladeau sur la scène politique provinciale. —–

Québec/Canada

Des membres de la communauté canado-ukrainienne manifestent à Ottawa

OTTAWA – Des membres de la communauté canado-ukrainienne ont fait pression auprès des plus grandes puissances mondiales dimanche pour tenter de convaincre la Russie de retirer ses troupes de la Crimée. Des dizaines de manifestants ont défilé pendant la journée devant les ambassades de la Chine, de la France, des États-Unis et du Royaume-Uni à Ottawa pour exhorter les signataires de l’accord de désarmement nucléaire de 1994 à tenir parole. Un conseiller du président Poutine suggérait jeudi que Moscou pourrait se servir de cet accord pour justifier l’envoi de troupes en Ukraine afin de protéger la population habitant la péninsule de la Crimée. Le Mémorandum de Budapest, signé dans un premier temps par la Russie, les États-Unis et le Royaume-Uni, garantissait la sécurité de l’Ukraine si Kiev consentait à détruire ses armes nucléaires. La Chine et la France ont plus tard rejoint les autres signataires de l’accord.

Québec/Canada

La commémoration de la Guerre des Boers a été «adoucie» à Ottawa

OTTAWA – Le gouvernement conservateur a été averti à l’avance, par des fonctionnaires, du caractère délicat de la commémoration du 110e anniversaire de la Guerre des Boers. Des documents obtenus par La Presse Canadienne révèlent que le ministre des Anciens combattants n’avait alors parlé que vaguement de cette guerre en Afrique du Sud afin de ne pas s’appesantir sur son contexte controversé. A l’époque, selon ces documents, ce conflit britannique survenu en Afrique avait profondément divisé les anglophones et francophones. Cette guerre a aussi marqué la première utilisation de «l’innovation moderne» que sont les camps de concentration brutaux pour les populations civiles. Des fonctionnaires ont passé plus d’un mois à préparer la commémoration de la Guerre des Boers, tenue en mai 2012 — s’occupant de détails tels que la répartition des sièges et des messages publiés sur Twitter —, mais ont mis en guerre contre le fait de parler du conflit comme tel dans le discours du ministre conservateur en raison de la nature «délicate» du sujet. Le gouvernement Harper a fait de la célébration du passé militaire du Canada un pilier de sa marque de commerce politique, même s’il a été vivement critiqué pour les réductions budgétaires imposées aux programmes pour anciens combattants des conflits plus récents. Ottawa a dépensé 30 millions $ pour célébrer la Guerre de 1812 et des événements financés par les deniers publics ont débuté cette année pour souligner le 100e anniversaire de la Première Guerre mondiale.

Québec/Canada

Un conservateur plus modéré sera candidat au fédéral au sud de Calgary

OKOTOKS, Alta. – John Barlow faisait figure d’exception dans la bataille pour remporter la course à l’investiture conservatrice dans la circonscription fédérale de Macleod, en Alberta, course qui a été alimentée par un débat sur le droit de posséder des armes à feu et la saisie, par la Gendarmerie royale du Canada (GRC), de telles armes lors de l’évacuation de maisons à High River lors des inondations de juin dernier. Samedi soir, M. Barlow l’a cependant emporté sur trois autres candidats pour obtenir le droit de défendre les couleurs conservatrices dans cette région rurale s’étirant du sud de Calgary au sud-ouest de la province, y compris la ville de High River. Le vainqueur était le seul à ne pas avoir obtenu l’appui de l’Association nationale pour les armes à feu. Contrairement à lui, Melissa Mathieson, Phil Rowland et Scott Wagner avaient critiqué la saisie d’armes par la GRC lors des inondations de l’an passé. Le corps policier a saisi ces armes alors que les officiers fouillaient les domiciles de la zone inondable de High River pour y trouver des résidents coincés, des animaux et tout ce qui pourrait représenter une menace à la sécurité. Le geste avait été critiqué par le Bureau du premier ministre fédéral et, en juillet, le grand patron de la GRC avait demandé à la Commission des plaintes du public de se pencher sur cette affaire, affirmant qu’il avait, tout comme plusieurs autres Canadiens, des questions sur cette démarche. Un rapport est attendu prochainement. Melissa Mathieson, Phil Rowland et Scott Wagner avaient aussi demandé une enquête publique sur cette affaire. M. Barlow a perdu par 2000 votes contre la chef du Wilrose Danielle Smith lors des dernières élections albertaines. Il a fait savoir qu’il désirait consacrer tous ses efforts à la reconstruction de High River, et qu’il se contentait d’attendre le rapport indépendant de la GRC sur les saisies d’armes et, si nécessaire, appuierait par la suite une enquête publique. M. Barlow subira le test des urnes avant le scrutin fédéral de 2015, la circonscription s’étant retrouvée vacante après la démission, en novembre dernier, de Ted Menzies, alors ministre d’État aux finances. Cette élection complémentaire n’a pas encore été déclenchée. Certaines rumeurs laissaient entendre que la course à l’investiture se transformerait en un concours entre les partisans provinciaux du Wildrose et les progressistes-conservateurs albertains. M. Barlow affirme avoir travaillé pour minimiser l’importance de cet aspect de la course, d’autant plus qu’il s’est présenté contre la chef du Wildrose. Pour David Taras, un politologue de l’Université Mount Royal, à Calgary, Macleod est l’une des circonscriptions les plus sûres du pays, et la seule chose qui pourrait empêcher les conservateurs de l’emporte serait «la peste bubonique». Aux dernières élections fédérales, en 2011, M. Menzies avaient remporté par plus de 34 000 votes, obtenant 77,48 pour cent des suffrages exprimés.