Actualités

Publicité
Québec/Canada

Lanaudière: un garçon de 2 ans, frappé par une voiture, lutte pour sa vie

MONTRÉAL – Un garçon de deux ans lutte pour sa vie après avoir été percuté par un véhicule à Saint-Thomas, près de Joliette, dans la région de Lanaudière. Des sources ont confirmé à La Presse Canadienne que c’est le père de l’enfant qui aurait happé son enfant dimanche midi alors qu’il se trouvait au volant de la voiture. L’homme aurait tenté de déplacer le véhicule dans l’entrée de la résidence familiale. Le garçon a alors été transporté d’urgence dans un centre hospitalier. Il se trouvait dans un état «très critique et a fort probablement été plongé dans le coma», lundi, a indiqué la sergente et porte-parole de la Sûreté du Québec Audrey-Anne Bilodeau. Tout indique qu’il s’agirait d’un accident mais les enquêteurs rencontreront tout de même la famille lorsque leur état le permettra.

Québec/Canada

Le nombre de commerces liés à l’industrie du sexe est en expansion à Montréal

MONTRÉAL – L’industrie du sexe vit une croissance impressionnante dans la grande région de Montréal, où le nombre de commerces liés à cette activité est passé de 339 en 2011 à 420 en 2013. À la veille de sa présentation devant le comité interministériel sur l’exploitation sexuelle, la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) a dévoilé, lundi, deux documents portant sur l’industrie du sexe. Une carte répertoriant l’ensemble des commerces liés à cette activité a été rendue publique. Selon la CLES, les salons de massages érotiques représentent près des trois quarts de ces lieux. Un sondage mené auprès de femmes qui ont déjà pensé quitter l’industrie du sexe ou qui l’ont quittée indique que 90 pour cent d’entre elles ont déjà vécu un épisode de violence. Trente-sept pour cent de ces femmes étaient mineures lorsqu’elles ont débuté dans le milieu. Bien que cette industrie se développe au vu et au su de tous, les municipalités semblent avoir peu de leviers pour enrayer ce phénomène, estime la CLES. L’organisme réclame une volonté politique claire pour mettre un terme à l’exploitation sexuelle de milliers de femmes.

Québec/Canada

Un projet immobilier de 160 M $ pour revitaliser le coeur de Montréal

MONTRÉAL – Un carrefour situé au coeur de Montréal, l’angle de la rue Sainte-Catherine et du boulevard Saint-Laurent, sera revitalisé par un projet immobilier majeur, le Carré Saint-Laurent, un projet de 160 millions $ dont la construction se mettra en branle à l’automne 2014. Bien qu’il ne participe pas au financement du projet, le gouvernement du Québec sera partie prenante pour assurer sa pérennité, puisqu’il s’est engagé à louer pour 25 ans 14 000 mètres carrés d’espaces à bureaux sur huit étages et d’y loger environ 700 fonctionnaires. Le ministre responsable de la région de Montréal, Jean-François Lisée, a reconnu que cet engagement entraînerait des coûts plus élevés, par exemple, que l’achat des espaces de l’îlot Voyageur pour le ministère du Revenu, mais il estime que la décision est tout à fait justifiée dans le contexte. «On sait que les coûts de location pour le gouvernement du Québec vont augmenter d’à peu près 2 à 2,5 millions $ par année et c’est une décision politique de dire: là, oui, ça va coûter un peu plus cher, mais c’est le prix à payer nous semble-t-il pour revitaliser le boulevard Saint-Laurent», a expliqué le ministre Lisée. Celui-ci a soutenu que cette dépense n’aurait aucun impact sur les finances publiques. «C’est à l’intérieur de nos cibles de dépenses globales. Aucune des annonces que nous avons faites cet automne, dont celle-ci, ne déroge à notre objectif de contrôle des dépenses. On juge que c’est important pour Montréal qu’on fasse ce choix.» Le nouvel immeuble, qui occupera une superficie de plus de 3700 mètres carrés à l’angle sud-ouest du carrefour, abritera des commerces d’alimentation et de restauration au rez-de-chaussée et un espace de plus de 3200 mètres carrés entièrement réservé à des activités culturelles au premier étage. C’est la Société de développement Angus (SDA), une entreprise d’économie sociale ayant acquis les terrains en question, qui est le maître d’oeuvre du projet. «Ce n’est pas par hasard, ni pour une occasion d’affaires, que nous avons décidé d’acquérir et de développer les terrains dans ce secteur du boulevard Saint-Laurent, a déclaré son président, Jean Lamarre. C’est plutôt animé par la volonté de revitaliser le boulevard Saint-Laurent de façon significative et durable que nous avons entrepris notre intervention dans le secteur.» Le nouvel édifice sera bordé par les rues Saint-Catherine et Clark au nord et à l’ouest, le boulevard Saint-Laurent à l’est et le Monument national au sud. «Ce tronçon du boulevard était littéralement laissé à l’abandon alors que le Quartier des spectacles était en plein essor», a fait valoir M. Lamarre. Outre les employés de l’État, qui occuperont les étages supérieurs du côté sud de l’édifice, 150 unités d’habitation seront aménagées dans les étages supérieurs du côté nord. Fait à noter, un seul édifice du quadrilatère — et le commerce qu’il abrite — sera conservé, soit le Café Cléopâtre, un cabaret érotique emblématique de l’histoire de ce quartier souvent désigné comme le «Red Light» de Montréal.

Publicité
Québec/Canada

Opération Nez rouge: 5300 raccompagnements effectués pendant le week-end

MONTRÉAL – La saison des fêtes de bureau a bel et bien démarré, Opération Nez rouge ayant effectué quelque 5300 raccompagnements au cours de son premier week-end de la saison. Pour la première fois en 30 ans, le service était offert dès la fin du mois de novembre plutôt qu’à compter du premier vendredi de décembre. Ce début hâtif ne sera pas forcément répété l’an prochain, puisque l’organisation tient à permettre à ses bénévoles de profiter eux aussi de la période des fêtes, a expliqué la conseillère en communications d’Opération Nez rouge, Véronique Ruel. Opération Nez rouge profite de l’appui d’environ 44 000 bénévoles au Québec et devrait en compter un million à l’échelle du pays au cours du premier week-end de décembre. Mme Ruel invite par ailleurs les Québécois désireux de se joindre à l’équipe de bénévoles à se manifester, affirmant qu’il n’est pas trop tard pour vivre cette expérience. Le service de raccompagnement permet parfois de «faire de belles rencontres», souligne-t-elle. «Il y a plein d’anecdotes, certains tombent en amour, d’autres se trompent d’itinéraire en raccompagnant le client qui a donné une mauvaise adresse. C’est toujours bien festif, les travailleurs sont dans un esprit festif et les bénévoles le sont eux aussi par le fait même», a-t-elle mentionné. Le service, offert dans 106 communautés au Canada, continuera d’effectuer des raccompagnements jusqu’au 31 décembre.

Québec/Canada

Les contrats de services sans fil peuvent désormais être annulés après deux ans

OTTAWA – Les Canadiens ont désormais la possibilité d’annuler leur contrat de services sans fil sans frais après un maximum de deux ans. Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a souligné lundi l’entrée en vigueur du code sur les services sans fil, qui s’appliquera à tous les nouveaux contrats conclus à partir de ce 2 décembre et aux contrats existants qui sont renouvelés ou prolongés à partir de cette date. À compter du 3 juin 2015, le code sur les services sans fil s’appliquera à tous les contrats de services sans fil peu importe la date de signature. Les particuliers et les petites entreprises pourront ainsi mettre fin à leur contrat après deux ans sans frais de résiliation; bénéficier d’un plafond de 50 $ par mois en ce qui concerne les frais de dépassement d’utilisation de données établis dans le contrat; et bénéficier d’un plafond de 100 $ en ce qui a trait aux frais d’itinérance de données au Canada et à l’étranger lorsque leur limite est dépassée. Le CRTC a élaboré le code sur les services sans fil à la demande des intervenants de l’industrie et l’a mis au point en fonction des principales plaintes formulées par les consommateurs au cours de la consultation publique à ce sujet, notamment en ce qui touche la durée des contrats de services sans fil, les frais de résiliation et les «factures-surprises». Par communiqué, le président du CRTC, Jean-Pierre Blais, a expliqué que «l’entrée en vigueur du Code sur les services sans fil contribuera à l’établissement d’un marché des services sans fil plus dynamique». «Plutôt que de se sentir piégés par leurs contrats, les Canadiens pourront faire des choix éclairés au sujet des services sans fil et des fournisseurs de services qui répondent le mieux à leurs besoins, et ce, tous les deux ans, voire plus souvent», a ajouté M. Blais. «Il sera dans le meilleur intérêt des entreprises fournissant des services sans fil d’adopter des pratiques novatrices pour veiller à ce que leurs clients soient satisfaits.»

Québec/Canada

Harper dit avoir dû se «contenter» d’être premier ministre plutôt que hockeyeur

TORONTO – Stephen Harper a peut-être écrit un livre sur le hockey, mais il admet que sa connaissance du sport national du Canada n’a pas fait de lui un bon hockeyeur. Alors qu’il faisait la promotion de son nouveau livre «A Great Game: The Forgotten Leafs & The Rise of Professionnal Hockey» lors d’une apparition à une station de télévision de Toronto, lundi, M. Harper a blagué qu’il avait dû se «contenter» du poste de premier ministre plutôt que d’une carrière au hockey professionnel. Dans sa jeunesse, M. Harper a porté les couleurs des Lions de Leaside, une équipe de Toronto, mais il n’a marqué que trois buts en trois de saisons, et il n’a pas été «le grand joueur dont les gens peuvent se souvenir». Le premier ministre a par ailleurs confié qu’il a commencé à travailler sur son projet de livre il y a neuf ans, afin de se libérer des tensions liées à la politique. Et s’il n’a pas écarté la possibilité de rédiger un autre bouquin, M. Harper a déclaré qu’il s’était trouvé un autre passe-temps, en attendant : la musique. Dimanche soir, lors d’un événement caritatif en son honneur organisé par l’Association nationale juive, à Toronto, il a offert une prestation de sept chansons. «Pour l’instant, j’ai besoin de prendre une pause (de l’écriture)», a-t-il déclaré à l’émission Breakfast Television. «Au cours de la dernière année, les heures de tombée m’ont imposé beaucoup de pression, en plus de mon travail, et pour cette raison, j’occupe maintenant mes temps libres avec un peu de musique.»

Québec/Canada

Yves «Colosse» Plamondon demandera bientôt d’être remis en liberté

QUÉBEC – Yves «Colosse» Plamondon, qui a purgé 28 ans de pénitencier pour trois meurtres qu’il a toujours soutenu ne pas avoir commis, demandera la semaine prochaine d’être remis en liberté en attendant la suite des procédures dans son dossier. C’est son avocat, Me Daniel Rock, qui a fait part lundi de son intention de déposer une telle requête la semaine prochaine, à une date qui reste à être déterminée. Plamondon était de retour en Cour lundi, au Palais de justice de Québec, pour connaître la date de son nouveau procès mais la cause a été reportée au 3 mars 2014, à l’ouverture des assises. C’est seulement à ce moment qu’une date de procès sera fixée mais seulement s’il y a un nouveau procès. Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) n’a pas encore décidé s’il entend poursuivre l’affaire ou simplement demander un arrêt de procédures. Deux nouveaux procureurs de l’extérieur de la région de Québec ont été nommés au dossier et l’un d’eux, Me Denis Dionne, qui vient de la région du Saguenay, a promis lundi de procéder às l’analyse du dossier avec célérité, ce qui a satisfait Me Rock. Il y a deux semaines, la Cour d’appel a ordonné la tenue d’un nouveau procès à la lumière de nouveaux éléments de preuve qui n’avaient pas été divulgués au moment du procès original. Me Daniel Rock, qui estime que son client ne devrait pas subir de nouveau procès, a déjà fait part de son intention de déposer une requête en abus de procédures dans ce dossier, mais celle-ci ne serait pas nécessaire si le DPCP abandonnait la cause. Me Rock a invoqué le fait que l’un des principaux témoins de la Couronne, le délateur André Desbiens, est décédé et il soutient que son témoignage initial ne peut être utilisé non plus. Il explique que l’avocat de la défense n’avait pu l’interroger de manière adéquate puisqu’il ne possédait pas les éléments de preuve qui ont mené la Cour d’appel à ordonner la tenue d’un nouveau procès. La semaine dernière, Yves Plamondon, un ancien trafiquant de stupéfiants, a tout de même été accusé de nouveau des meurtres prémédités d’Armand Sanschagrin, Denis Ouellet et Claude Simard, tués par balles entre 1983 et 1985. Me Rock étudie également la possibilité d’intenter une poursuite civile contre le ministère public et de réclamer des dommages importants pour les 28 années de détention de son client.