Actualités

Publicité
Québec/Canada

Voici les résultats des élections à la mairie de Montréal

MONTRÉAL – Voici les résultats des élections à la mairie de Montréal: Nombre de bureaux de votes dépouillés : 4 305/4 539 Votes (%) – Richard Bergeron, Projet Montréal 112 201 25,88 % – Denis Coderre, Équipe Coderre 137 845 31,79 % – Marcel Côté, Coalition Montréal 55 485 12,80 % – Mélanie Joly, Le Vrai changement pour Montréal 114 796 26,47 %

Québec/Canada

Hélicoptères Cyclone: la Défense connaissait les problèmes depuis 2004

OTTAWA – Les évaluateurs de l’armée de l’air canadienne avaient lancé un avertissement, il y a environ dix ans, que l’hélicoptère CH-148 Cyclone pourrait se révéler inapte à répondre aux besoins en termes de performance mécanique, d’émission de bruits et de capacités à résister au brouillage électronique, a appris La Presse Canadienne. Des rapports encore non divulgués de la Défense nationale, remontant à septembre 2004 et récemment examinés par La Presse Canadienne, citent une série d’inquiétudes concernant le plan de Sikorsky de convertir ses hélicoptères S-92 existants pour des missions maritimes et militaires. Les évaluations très techniques ont été exécutées par une équipe de dizaines d’ingénieurs de l’armée de l’air avant que le premier ministre d’alors, Paul Martin, n’accorde le contrat évalué à l’époque à 1,8 milliard $. Malgré ces inquiétudes et le fait que certains aspects du plan de Sikorsky avaient été déclarés «non conformes», le contrat a pu aller de l’avant en vertu de l’idée que l’entreprise pourrait surmonter les problèmes existants. Ces signaux d’alarme, basés sur 475 critères d’évaluation, se sont révélés très efficaces pour identifier les principaux problèmes qui ont grevé et ultimement retardé le programme, et ce à un point tel que le gouvernement envisage désormais de l’annuler. Selon Paul Jackson, un porte-parole du fabricant d’avions américain, le programme a néanmoins fortement progressé depuis les documents d’évaluation. «Sikorsky a soit présenté des solutions, ou résolu entièrement tous les problèmes techniques stipulés dans les premiers rapports techniques», a-t-il dit par courriel. La Défense n’a pas répondu à plusieurs questions transmises vendredi à propos des rapports techniques. Le gouvernement Harper, qui examine d’autres modèles d’hélicoptères, devrait décider plus tard ce mois-ci s’il poursuit quand même le programme. Les Cyclones devaient être fonctionnels en 2008, mais Sikorsky n’a livré que quelques appareils à des fins de tests. Ottawa a toutefois refusé d’accepter ces hélicoptères, actuellement stationnés aux installations des Forces canadiennes à Shearwater, en Nouvelle-Écosse, puisqu’ils sont considérés comme «non conformes».

Québec/Canada

Poloz envisage un retour prochain des femmes sur un billet de banque

OTTAWA – Le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, a indiqué qu’il était «très ouvert» à l’idée de redonner une place à une personnalité féminine sur la monnaie canadienne. Il a cependant indiqué que cela devrait attendre la production de la prochaine série de billets. La banque centrale a été la cible de critique de la part de groupes de femmes pour avoir retiré des billets de 50 dollars l’image des «Célèbres Cinq», en référence au jugement de la Cour suprême qui concluait que les femmes étaient des «personnes». Ce chapitre de l’histoire canadienne n’était plus présent sur les billets lorsque les billets en polymère ont été dévoilés. M. Poloz a indiqué avoir reçu récemment une pétition, comptant 22 000 signatures, lui faisant constater cette omission. La pétition, créée à l’initiative de l’auteure et historienne Merna Forster, a été signée par plusieurs personnalités, dont l’auteure Margaret Atwood et les actrices Kim Cattrall et Cynthia Dale. En entrevue, le gouverneur de la Banque du Canada a affirmé qu’il saluait cette initiative, mais que des changements ne pourraient cependant être adoptés à court terme. Il a affirmé que les commentaires reçus vont inspirer la production des prochains billets. Les femmes canadiennes pourraient cependant devoir être patientes, car les changements en ce sens pourraient prendre plusieurs années, sinon une décennie. M. Poloz fait savoir que le processus menant à la création d’un nouveau billet peut prendre plusieurs années et s’appuie sur une série de consultations publiques et de focus-groupes pour faire le choix d’un thème et des images qui représenteront ce thème. La série dévoilée récemment, qui a été élaborée au coût de 20 millions $, mettait de l’avant les «réalisations canadiennes aux frontières de l’innovation». Le gouverneur de la Banque du Canada souligne qu’il n’est pas possible d’identifier des personnalités masculines sur les billets produits dans cette série. Les visages d’anciens premiers ministres canadiens comme Wilfrid Laurier ou John A. MacDonald sont cependant représentés, tout comme celui de la Reine. L’actuel gouverneur se voit dans l’obligation de défendre les nouveaux billets canadiens, même si ce n’est pas lui qui était en poste lorsque les choix ont été faits. Mark Carney était à la tête de la Banque du Canada à l’époque. Ce dernier, maintenant gouverneur de la Banque d’Angleterre, a été salué dernièrement après avoir annoncé son désir de placer un portrait de Jane Austen sur les nouveaux billets de 10 livres.

Québec/Canada

Armée: les femmes et les minorités sont plus harcelées dans l’armée

OTTAWA – Les femmes, les autochtones et les minorités visibles au sein des Forces canadiennes doivent subir un plus haut taux d’harcèlement et d’harcèlement sexuel que leurs collègues, selon un sondage ayant révélé que plusieurs victimes n’envisageaient même pas de rapporter ces incidents par peur d’être catégorisés comme trouble-fête. Le sondage sur le harcèlement dans les Forces canadiennes porte à croire que sur une période d’un an, 16 pour cent des membres des Forces canadiennes ayant participé à l’étude ont été personnellement victimes de harcèlement, ce qui pourrait comprendre des commentaires offensants sur les questions de race, de religion, de sexe ou de l’apparence physique. De ceux-ci, environ le tiers de membres du groupe soi-disant désignés — autochtones, minorités visibles ou handicapés — disent avoir été victimes de harcèlement personnel. Lors d’une entrevue donnée à Ottawa, la lieutenante-colonelle Monique Goyette, une experte en matière de politique militaire sur le harcèlement, affirme qu’il existe encore des cas de harcèlement au sein des Forces canadiennes, et qu’il y a donc encore du travail à faire. Le coup de sonde, dont La Presse Canadienne a obtenu une copie brouillon en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, a recueilli les avis de 2245 répondants. La majorité d’entre eux étaient des hommes membres des forces armées, et qui avaient la plupart du temps 26 ans d’ancienneté et plus. Le sondage comprenait des questions sur quatre types de harcèlement: personnel, sexuel, abus d’autorité et le bizutage. Le questionnaire passablement long a été envoyé en mai 2012 à 9100 membres réguliers de l’armée sélectionnés au hasard au pays. La plupart des cas de harcèlement étaient causés par des hauts gradés, a révélé l’étude. La majorité des répondants a également dit ne pas vouloir déposer de plainte officielle, puisqu’ils craignaient «que cela rendrait leur climat de travail déplaisant, que cela serait retenu contre eux, ou qu’ils seraient blâmés, ou encore qualifiés de trouble-fête». Selon les conclusions du sondage, un peu moins de 2 pour cent des membres des forces armées ont subi une forme ou une autre de harcèlement sexuel durant l’année couverte par le coup de sonde. Selon la répartition en vertu du sexe des répondants, 9 pour cent des femmes — ou 56 répondantes — ont dit avoir été sexuellement harcelées pendant cette période. Entre autres manifestations de harcèlement sexuel, on retrouve des sifflements, des sous-entendus de nature sexuelle et des blagues, précise le sondage. Six pour cent des personnes interrogées ont dit avoir été agressées sexuellement, ou victimes d’une tentative d’agression sexuelle. La majorité d’entre elles affirment avoir «géré» le problème en ignorant l’agresseur ou le comportement. Seules sept pour cent pour cent ont posé des gestes concrets. Au total, la majorité des répondants croient que le harcèlement personnel est un problème mineur ou modéré au sein des Forces armées, tandis que 56 pour cent pensent que le harcèlement sexuel est un problème de faible importance. Environ 75 pour cent des personnes interrogées estiment que l’abus d’autorité est aussi un problème mineur ou modéré.

Publicité
Québec/Canada

La police de London enquête sur une possible affaire de meurtres et suicide

LONDON, Ont. – Les autorités policières de London, en Ontario, enquêtent sur les décès de trois personnes dans ce qui pourrait être une affaire de meurtres suivis d’un suicide. Selon un communiqué de presse, les autopsies pratiquées sur les trois corps ont révélé que les trois personnes sont mortes des suites de blessures par balles. Une arme à feu a été retrouvée sur les lieux. Les trois personnes décédées ont été identifiées comme étant Mohammad Walji, 43 ans, Shyroz Walji, 42 ans, et Qyzra Walji, 21 ans. Des médias rapportent que les corps ont été retrouvés jeudi dans un appartement situé près de l’université Western.

Québec/Canada

Une avalanche surprend un groupe d’alpinistes en Alberta, aucun blessé grave

KANANASKIS, Alta. – Six alpinistes sur glace ont été surpris par une avalanche dans les Rocheuses à l’ouest de Calgary, samedi matin, alors que le groupe remettait en question la poursuite de l’expédition, en raison des conditions météorologiques. Mike Koppang, un spécialiste en sécurité publique du pays de Kananaskis, un réseau de parcs albertains, rapporte qu’un des grimpeurs a été enseveli jusqu’au torse alors qu’une autre n’avait que le pied qui dépassait de la neige. Les autres alpinistes ont été capables de l’extirper en environ 90 secondes. Personne n’a souffert de blessure grave. Le groupe a activé un émetteur de localisation d’urgence, ce qui a permis à des agents de la conservation de les retracer, a précisé M. Koppang. Aucun des alpinistes ne portait de détecteur de victimes d’avalanche, ni ne transportait de pelle ou de sonde. Il considère que le groupe a eu de la chance que tous soient restés visibles de la surface après l’avalanche. Un avertissement de chute de neige était en vigueur dans la région de Kananaskis pour la fin de semaine. Quand les alpinistes se sont rendus au pied de la montagne, ils ont constaté qu’il neigeait et que les vents s’intensifiaient. Aussi ont-ils commencé à se demander s’ils devaient continuer ou non. «Alors qu’ils conversaient, l’avalanche s’est détachée et les a frappés», a raconté M. Koppang. Lorsque les membres de son groupe ont reçu l’information qu’une émetteur d’urgence avait été activé, ils ont déduit qu’il s’agissait d’alpinistes sur glace, à cause de la localisation du signal. Un hélicoptère alpin a été envoyé, mais a dû rebrousser chemin en raison des mauvaises conditions météorologiques. M. Koppang ignore l’origine des victimes.

Québec/Canada

Un procès est retardé en Ohio parce que l’accusé est en prison… au Québec

TOLEDO, États-Unis – Le dossier du meurtre d’une femme étranglée par son mari canadien en Ohio est immobilisé en raison des procédures d’extradition de l’accusé au Canada. Le suspect, Kyle Sheppard, âgé de 30 ans, demeure détenu dans une prison de Saguenay, où il s’est rendu quelques jours après la mort de sa femme de 29 ans, Katie Sheppard, à Toledo. La femme a été retrouvée sur le balcon avant de la maison du couple, enveloppée dans une couverture, une ceinture autour du cou. Le journal de Toledo «The Blade», rapporte que l’impasse frustre les procureurs qui ne peuvent faire avancer le procès tant que M. Sheppard n’est pas renvoyé aux États-Unis. M. Sheppard a contesté son extradition pour être poursuivi pour meurtre devant les tribunaux du comté de Lucas. «J’aurais cru que l’affaire aurait progressé plus rapidement, mais je ne rejette aucunement la faute sur le Canada, a déclaré Jeff Lingo, chef de la division criminelle du Bureau du procureur du comté de Lucas. Nous respectons le système de justice canadien et l’attention qu’ils donnent au respect des droits de leurs citoyens.» Daniel Brodsky, un avocat de la défense représentant M. Sheppard au Canada, affirme que son client ne reçoit pas de traitement de faveur en raison de sa double citoyenneté canadienne et américaine. Me Brodsky a déclaré au journal qu’il était improbable que son client soit extradé prochainement. Vendredi, l’avocat a déposé un appel d’une décision rendue en octobre par un tribunal canadien, dans laquelle un juge a estimé qu’il existait suffisamment de preuves pour appuyer une accusation de meurtre. Le magistrat a découvert que des déclarations supposément effectuées par M. Sheppard à la police étaient cependant irrecevables en cour parce que les policiers ne lui avaient pas donné une possibilité suffisante de consulter un avocat. Des enregistrements judiciaires démontrent que l’accusé aurait supposément dit aux autorités qu’il avait étranglé sa femme parce qu’il la soupçonnait de le tromper. L’appel de la défense avance que l’extradition de M. Sheppard devrait être suspendue jusqu’à ce que les procureurs de Toledo complètent leur enquête. La défense affirme que puisque le juge a déterminé que les déclarations de M. Sheppard étaient inadmissibles, il ne restait pas suffisamment de preuves pour soutenir une accusation de meurtre.