Pandémie de COVID-19: la CSQ demande l’intervention de la CNESST à Laval

MONTRÉAL — Dans le but de protéger le personnel qu’elle représente dans des CHSLD, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) demande «l’intervention immédiate» de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) dans les établissements les plus touchés par la pandémie de la COVID-19.

Selon elle, des inspecteurs doivent être dépêchés d’urgence dans les CHSLD Sainte-Dorothée et de la Pinière, situés à Laval et où la situation est jugée critique, ainsi qu’à l’établissement Fernand-Larocque.

La Fédération de la Santé du Québec et le Syndicat des infirmières, inhalothérapeutes et infirmières auxiliaires de Laval, affiliés à la CSQ, représentent quelque 7600 membres sur le territoire du Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval (CISSS de Laval).

Dans un communiqué publié vendredi, le syndicat a cité le rapport de la CNESST obtenu par le quotidien «La Presse» faisant état de nombreuses lacunes et de mesures inadéquates, ce qui met le personnel à risque de contracter le nouveau coronavirus.

Selon le document, des employés qui présentaient des symptômes compatibles avec la COVID-19 auraient même continué à travailler.

«Le seul cas du CHSLD Sainte-Dorothée est révélateur et sonne l’alarme, s’est inquiétée la présidente de la Fédération de la Santé du Québec, Claire Montour. Le gouvernement a annoncé faire une tournée des établissements de santé pour assurer la protection des patients, mais qu’en est-il du personnel en santé?»

De son côté, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval a indiqué, également par voie de communiqué, que le rapport de la CNESST faisait mention que «plusieurs moyens et consignes» avaient été mis en oeuvre au CHSLD de Sainte-Dorothée.

Aucun employé qui présente des symptômes associés au coronavirus n’est accepté sur le lieu de travail, a-t-on fait valoir, en ajoutant que de manière «préventive», tous les employés de l’établissement de Sainte-Dorothée avaient été dépistés pour la COVID-19, ce qui «constituait une première au Québec».

Les plus populaires