Pandémie: plus de relaxation et de réflexion, moins de socialisation

SAN DIEGO — La proportion de gens qui travaillent de la maison a pratiquement doublé aux États-Unis l’an dernier, après l’apparition de la COVID-19; l’impact a été particulièrement marqué pour les diplômés universitaires et pour ceux qui travaillent dans des domaines comme la finance et les services professionnels.

La proportion de salariés travaillant de la maison est passée d’environ 22 % en 2019 à 42 % en 2020, selon des données dévoilées récemment par le département du Travail des États-Unis.

Le sondage American Time Use détaille la manière dont les Américains ont utilisé leur temps en 2020, quand la pandémie a déferlé, du temps consacré au sommeil à celui consacré aux loisirs. Les participants, qui étaient tous âgés d’au moins 15 ans, ont été interrogés au téléphone concernant leurs activités des 24 dernières heures précédant l’entretien.

En raison de la pandémie et de la distanciation sociale qui en a découlé, les gens ont passé l’an dernier en moyenne plus de temps à dormir, à écouter la télévision, à jouer à des jeux, à utiliser l’ordinateur, à se détendre et à réfléchir — et moins de temps à socialiser et à communiquer en personne — qu’en 2019. 

Les adultes ont aussi consacré plus de temps, en moyenne, à s’occuper des enfants de leur ménage.

Le sondage tend à confirmer que la pandémie a accentué la solitude dont souffrent des millions d’Américains. Avec le travail à la maison ou les études en ligne, les gens ont passé plus de temps seuls que jamais. Parmi les Américains âgés de 15 ans et plus, le temps passé seul chaque jour a augmenté en moyenne d’une heure. Pour les 15-19 ans, il a grimpé de 1,7 heure par jour.

Parmi les titulaires d’au moins un baccalauréat et âgés de 25 ans et plus, 65 % de ceux qui avaient un emploi ont dit avoir travaillé de la maison en 2020 — un bond de 28 points de pourcentage par rapport à 2019. En revanche, seulement 19 % des travailleurs du même groupe d’âge n’ayant pas plus qu’un diplôme d’études secondaires ont travaillé de la maison en 2019, contre 13 % en 2019.

La transition au travail à distance était plus rare dans les secteurs de l’économie qui impliquent des contacts en personne ou de l’équipement commercial spécialisé — du divertissement et de l’hospitalité aux transports et aux services publics — que dans les secteurs où ce n’est pas le cas.

Si la proportion de gens qui travaillaient à distance a augmenté aussi bien pour les hommes que pour les femmes, la hausse a été légèrement plus importante pour les femmes ayant un emploi. La proportion de femmes travaillant de la maison a grimpé de 23 points de pourcentage en 2020, comparativement à 16 points pour les hommes.

Le temps consacré aux déplacements, par exemple entre le boulot et la maison, a chuté de 26 minutes par jour entre 2019 et 2020.

La directrice du laboratoire Maryland Time Use de l’Université du Maryland, Liana C. Sayer, croit que le télétravail aura renforcé la préférence qu’ont les Américains de pouvoir déterminer eux-mêmes leur horaire de travail — et possiblement aussi rehaussé leurs attentes de voir leur employeur les accommoder.

«Les travailleurs ont indiqué dans des sondages qu’ils préfèrent avoir la flexibilité de travailler de la maison et déterminer leur horaire pour correspondre à leurs autres besoins, a-t-elle dit. Certains préviennent qu’ils ne veulent pas vraiment revenir à la vie au bureau telle qu’elle existait avant la pandémie.»

La plus récente enquête du département du Travail montre que la hausse du temps consacré aux enfants en 2020 correspond à l’annulation des cours en personne, des activités sportives et d’autres événements. Les adultes dont le cadet avait entre 6 et 12 ans ont passé en moyenne 1,6 heure de plus à s’occuper d’un enfant en marge de leur activité principale, comparativement à 2019.

Les femmes ont passé 13 minutes de plus à s’occuper directement d’un enfant à la maison en 2020 qu’en 2019; les hommes y ont essentiellement consacré le même temps.

Les femmes ont consacré 46 minutes de plus que les hommes à des activités éducatives pour les enfants en 2020. En 2019, les hommes et les femmes y consacraient approximativement le même temps.

Sans grande surprise, les gens ont passé plus de temps chez eux en 2020 et moins dans les bars, les restaurants, les épiceries et les centres commerciaux. Les participants âgés de 15 ans et plus ont aussi passé plus de temps avec les membres de leur foyer qu’en 2019, et moins avec quelqu’un d’autre.

Les gens ont consacré, en moyenne, 32 minutes de plus par jour aux sports et aux divertissements qu’en 2019 — un reflet, en partie, du temps consacré au travail et aux déplacements pendant la pandémie. Ils ont aussi passé plus de temps devant la télévision et dormi un peu plus.

«Si les gens sont bien reposés, je ne pense pas que ce soit la pire chose au monde, a dit l’économiste Daniel Hamermesh, de Barnard College. Je suis en faveur de plus de loisirs. Je ne pense pas que ça veuille dire quelque chose de négatif au sujet de l’économie qu’on ne savait pas déjà.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.