Pâques: Les rassemblements privés demeurent plus que jamais interdits

QUÉBEC — Il faut oublier les rassemblements familiaux durant le congé pascal, a soutenu le premier ministre François Legault mardi.

Dans les prochains jours, l’adhésion des Québécois à l’interdiction de se rassembler dans les maisons privées sera déterminante pour la suite des choses, alors que pas moins de cinq régions risquent de se voir imposer des restrictions supplémentaires, si la situation ne s’améliore pas.

Les cinq régions désormais «sous haute surveillance» sont l’Outaouais, la Beauce, la capitale nationale, le Bas-Saint-Laurent et le Lac-Saint-Jean.

Les rassemblements dans les maisons demeureront donc plus interdits que jamais durant le prochain week-end, a indiqué le premier ministre, en conférence de presse à l’Assemblée nationale, entouré du ministre de la Santé, Christian Dubé, et du directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda.

Le premier ministre n’a annoncé à cette occasion aucun allègement, ni aucune nouvelle restriction pour l’instant. Mais il n’a pas exclu faire le point à nouveau d’ici vendredi, si la situation évolue rapidement. Notamment, le couvre-feu, fixé actuellement en zone orange à 21h30, pourrait revenir à 20 heures, si la situation empire, a prévenu le premier ministre. Il a même évoqué le scénario d’un couvre-feu à 18 heures.

Sur les routes, les corps policiers vont manifester leur présence durant le week-end, pour faire respecter le couvre-feu.

Le Québec a rapporté ces derniers jours une augmentation «importante» du nombre de cas d’infections à la COVID-19, particulièrement dans les cinq régions précitées, a observé M. Legault, qui s’est dit «inquiet» devant le scénario de possibles fêtes familiales à l’occasion de Pâques, ce qui ne serait «pas une bonne idée».

«Prudence, prudence, prudence», a-t-il insisté.

Si l’interdiction des «visites» dans les maisons privées n’est pas davantage respectée dans les prochains jours, surtout en zone orange, il ne faut «rien exclure», a martelé le premier ministre, ciblant particulièrement les jeunes, qui ont tendance à bouder les interdits. 

L’Institut national de la santé publique (INSPQ) a conclu que la moitié des jeunes adultes ne respectait pas les consignes sanitaires à la maison, a déploré le premier ministre. 

Mardi, le Québec rapportait 864 nouveaux cas de COVID-19, en plus d’ajouter sept décès à son bilan, qui s’élève donc maintenant à 310 066 personnes infectées depuis le début de la pandémie. On déplore au total 10 658 décès depuis mars 2020.

À ce jour, on compte au total 1 305 840 Québécois qui sont vaccinés contre le virus de la COVID-19. À propos du vaccin AstraZeneca, M. Legault s’est fait rassurant en affirmant qu’il était «totalement sécuritaire». Il a rappelé qu’à ce jour aucun cas problème n’avait été rapporté au Québec avec ce vaccin.  

La veille, le Québec annonçait que par mesure de précaution il décidait de ne plus administrer le vaccin AstraZeneca aux personnes âgées de moins de 55 ans, se conformant ainsi à la recommandation du Comité consultatif national de l’immunisation.

L’objectif de vacciner tous les Québécois qui le désirent d’ici le 24 juin demeure.

L’élément déterminant dans les prochains jours sera la hausse du nombre d’hospitalisations. Alors que le Québec doit composer avec une troisième vague et la présence croissante du variant du virus, cette augmentation paraît «inévitable» dans les semaines qui viennent, a commenté le premier ministre. L’important consiste à respecter la capacité d’absorption du réseau de la santé.

On rapportait mardi dix hospitalisations de plus que la veille, pour un total de 487, dont 126 personnes transférées aux soins intensifs, soit une hausse de six.

Laisser un commentaire

Est- ce la même chose qu’a Noel , c.a.d. que l’ on peut recevoir une famille monoparentale avec 2 enfants
pour souper ? Merci

Répondre