Partage de nouvelles en Australie: la décision de Facebook est «malheureuse»

OTTAWA — Le ministre du Patrimoine canadien a critiqué de façon prudente la décision de Facebook de restreindre le partage d’articles d’information en Australie en guise de représailles à un projet de loi forçant les géants du web à verser des redevances aux médias.

«Nous suivons attentivement les développements à l’étranger et nous poursuivons activement le travail pour une solution adaptée au Canada. La décision de Facebook en Australie concernant le partage de nouvelles est malheureuse», a réagi Steven Guilbeault dans une déclaration écrite. 

Il soutient que la décision de Facebook ne change en rien l’objectif du gouvernement canadien.

«De notre côté, nous restons fermement engagés à présenter notre solution cette année et les ententes individuelles ne changent pas la nécessité d’un cadre numérique complet, cohérent et équitable pour tous les pour les éditeurs de presse canadiens et les plateformes numériques», a ajouté M. Guilbeault. 

Tout au long de la journée, le ministre a été interpellé au sujet des redevances versées aux médias. 

Dans une lettre ouverte publiée mercredi matin, des éditeurs québécois ont, d’une seule voix, exhorté le gouvernement fédéral à agir et forcer les plateformes comme Facebook et Google à négocier afin de leur verser «une compensation juste et équitable» pour l’usage de leurs contenus.

Puis, le sénateur conservateur Claude Carignan a décidé de déposer son propre projet de loi au Sénat.

Ce projet de loi, inspiré de celui qui fait polémique en Australie, viendrait modifier la Loi sur les droits d’auteur afin d’y intégrer les oeuvres journalistiques. Cette modification permettrait, dit-il, d’entamer des négociations avec les géants du web pour négocier des droits d’auteur.

Il espère ainsi forcer la main du gouvernement qui prend trop de temps, à son avis. 

«C’était censé être l’automne passé, mais l’automne passé, on parlait de février de cette année. Là, on est rendus à la fin de l’année 2021. On repousse toujours les échéanciers et je pense que le gouvernement se traîne les pieds», a déploré le sénateur Carignan, en entrevue.

Le député bloquiste Martin Champoux a également tenté de faire adopter une motion aux Communes demandant au gouvernement fédéral d’intervenir de façon urgente afin de mettre en place un système réglementaire assurant un partage des revenus publicitaires avec les médias.

Sa motion a été rejetée par des membres du caucus conservateur auquel appartient M. Carignan. 

«Avec une motion et un projet de loi privé présentés aujourd’hui sur le sujet, nous avons été encouragés de constater que certains partis d’opposition considèrent également cette question comme une priorité, et nous espérons travailler en collaboration. Nous espérons aussi que tous les partis se rallieront pour soutenir le journalisme canadien», a réagi le ministre Guilbeault. 

Laisser un commentaire